26.8 C
Miami
lundi, mai 20, 2024

La tendance de l’immobilier pour les  endroits réservés aux 55 et plus

Date:

Nombreux sont ceux qui planifient de s’approprier une place au soleil et qui n’osent signer un contrat d’achat. Les incertitudes financières, les phénomènes climatiques, les coûts élevés d’une propriété, les assurances, etc., font réfléchir les nouveaux retraités de la classe moyenne.

Nous avons sondé le pouls de la tendance actuelle du marché immobilier en discutant avec des agents attitrés à divers complexes de condominium pour 55 ans et plus, populaires auprès des Québécois. La situation observée est représentative des divers comtés du Sud-est de l’État.

Century Village (CV) Palm Beach 

Ce complexe immobilier comprend 7 854 unités de condominium. Selon Sharon Racsko, membre de l’agence immobilière attitrée à ce développement, le nombre de propriétés à vendre a plus que doublé par rapport à 2022. « Le phénomène est facile à comprendre », dit-elle au Soleil de la Floride. « Le coût faramineux des assurances incitent de nombreux propriétaires à se départir de leur propriété. Ils préfèrent louer à la place, ce qui provoque une augmentation du prix de location. »

Selon l’agente, un condo avec une chambre et une salle de bain se louait en moyenne 850 $ par mois avant la pandémie, et maintenant, il faut s’attendre à payer entre 1 300 $ et 1 700 $.

Century Village Deerfield Beach

Barbara Gillis de l’équipe de vente au complexe de Deerfield Beach réitère que le CV est toujours très populaire auprès des Québécois même si un grand nombre de propriétaires ont vendu leur condo au cours des deux dernières années. Elle raconte que « bien que les prix soient stables actuellement, nous commençons à pouvoir marchander, ce qui était impossible il y a deux ans ! »

Elle ajoute que l’inventaire des condos à vendre est légèrement à la hausse et que l’affiche « à vendre » reste devant la porte plus longtemps par rapport à l’an dernier.

Hollybrook Pembroke Pines

Les ventes de condominiums de ce développement étaient à 80 % faites à des Canadiens en 2003, selon Barry Spatz, qui possédait l’agence de courtage assignée à Hollybrook à cette époque. Tout a bien changé en 20 ans ! Monsieur Spatz affirme lui aussi que la COVID a provoqué une poussée de mise en marché des unités de condo. Depuis, « la démographie a changée et les propriétés à vendre le sont pour le profit et relativement peu d’unités sont à vendre ».

Une poussée de la demande de condos à louer est aussi remarquée et monsieur Spatz, maintenant co-courtier de Hollybrook Realty, rappelle que les règles de l’association font appel pour une location de six mois minimum. « Depuis la crise de la COVID, ou plutôt depuis que psychologiquement les gens ont accepté de voyager à nouveau, le prix de location a augmenté. Avant, louer coûtait entre 1 800 $ et 2 000 $ par mois alors qu’aujourd’hui, il faut payer entre 2 200 $ et 3 000 $ ! » 

Cette tendance de l’immobilier fera t-elle en sorte que les snowbirds devront changer leur itinéraire pèlerinage au soleil ? 

Pas cette année, si l’on se fie aux nombreux sondages.  

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

SUD DE L’ÉTAT : PAS DE FORTES HAUSSES DE LOYER ?

Selon une étude récente, le coût des loyers ne...

Nouveau resto d’origine canadienne : JOEY AVENTURA

Situé dans la nouvelle section « Esplanade » près...

CONGÉS DE TAXE DE VENTE INCLUANT DES PRIMES D’ASSURANCE

En Floride, les « exonérations annuelles de taxe de...

ACTIVITÉS DU WEEK-END !

Le 3e GRAND PRIX de Formule 1 bourdonne à...