29.3 C
Miami
lundi, novembre 28, 2022

LA NASA ET LE CANADA LIÉS POUR LONGTEMPS !

Date:

Au moment d’écrire ces lignes, la méga fusée Artemis 1 est de retour au hangar de la NASA à Cap Canaveral en Floride. Son décollage était prévu pour aujourd’hui avec une seconde tentative possible le 2 octobre, mais l’ouragan Ian a changé les plans. Artemis 1 lancera en orbite la capsule Orion, avec à son bord des mannequins intelligents, qui s’avèrent d’une importance vitale pour les scientifiques canadiens et américains. 

Le ministre canadien de l’innovation, des sciences et de l’industrie, François-Philippe Champagne, était en Floride lors de la première tentative de lancement le lundi 29 août, étant donné l’importance de la collaboration canadienne à ce programme spatial. Malheureusement, une lecture de température anormale a empêché le décollage, suivie d’une fuite du propulseur à hydrogène liquide qui a aussi fait avorter la seconde tentative du 3 septembre.

« Le Canada est le partenaire stratégique de cette mission puisque sa technologie de système robotisé (Canadarm3) est essentielle à l’entretien de la future station spatiale lunaire Gateway, qui sera inhabitée la plupart du temps », raconte le ministre canadien au Soleil de la Floride. « Et ce n’est pas un nouveau chapitre de l’histoire que nous sommes en train d’écrire, mais plutôt un tout nouveau livre ! »

Ce programme de 4,1 milliards de dollars sur l’exploration de la Lune a pour objectif d’envoyer des êtres humains vers la planète Mars durant la prochaine décennie. Le Canada joue un rôle de premier plan dans ce projet sans précédent, en collaborant à la conception et la construction de la station lunaire « Gateway ». Cette station spatiale, en orbite autour de la Lune, sera un banc d’essai et un laboratoire scientifique de nouvelles technologies pour les missions d’exploration lunaires. Les astronautes canadiens sont ainsi assurés d’une participation active et d’un siège en classe affaires sur les vols Terre-Lune ! 

« Ceci ouvre la porte sur des opportunités extraordinaires pour plusieurs générations de Québécois et Canadiens dans des domaines innombrables », réitère le ministre.

Canadarm3 

Artemis 1 est la mission exploratoire la plus importante à ce jour dans la conquête spatiale. Il y a plus de 50 ans que les astronautes n’ont voyagé aussi loin dans l’espace et Dieu sait que la technologie a changé depuis. Et l’espace aussi ! 

Saviez-vous qu’Artemis est la fusée la plus puissante jamais envoyée dans l‘espace ? Elle représente 51 Boeing 747 en termes de puissance au décollage.  Telle qu’imagée par l’astronaute David Saint-Jacques; « la distance à parcourir pour  aller à la Station Spatiale Internationale actuelle est 400 km, soit environ la distance entre Montréal et le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour aller à la Lune, c’est 400 000 km alors que pour se rendre sur mars, c’est 400 millions de km ! D’où l’importance de la nouvelle station spatiale Gateway, qui va nous permettre d’aller vers Mars », explique François-Philippe Champagne. « Gateway sera inhabitée la plupart du temps et c’est là que le bras canadien #3 (Canadarm3) fera son travail. C’est extraordinaire car il pourra se déplacer et s’arrimer comme une araignée à travers le module pour l’entretenir et le réparer. Le Canada a vraiment rendu l’impossible possible. Et cet exploit garantit un siège aux scientifiques canadiens pour aller vers la Lune. »

Le ministre explique aussi que lors de la mission subséquente, Artémis 2, il y aura une ou un astronaute canadien à bord et le Canada sera le seul pays, après les États-Unis, à avoir un citoyen en orbite autour de l’astre. Cette nouvelle ère de technologie intelligente, offerte par le bras canadien, propulse le pays aux premières loges de l’exploration spatiale pour plusieurs décennies.

Opportunité extraordinaire

La complexité et l’importance de procéder à ce vol d’essai sert à tester les limites, puisque l’humain ira plus loin que jamais dans l’espace. Le Canada s’est donné une mission au niveau de la santé et de la nourriture. Ceci permettra par exemple de faire avancer la télémédecine et de développer des façons de faire pousser les aliments dans des environnements austères autant sur Terre que sur la Lune et sur Mars. Selon le ministre, le coût en vaut la chandelle : « la complexité de la mission fait appel pour des innovations qu’on peut difficilement imaginer aujourd’hui. Par exemple, c’est grâce à la mission Apollo, il y a 50 ans, que nous avons le GPS aujourd’hui ! »  

Nous sommes dans un monde où les enjeux se multiplient et le ministre Champagne est persuadé que les États-Unis se tournent plus que jamais vers le Canada parce qu’il est un partenaire fiable, stable et stratégique. 

« Il y a une opportunité à saisir. Nous avons la main d’œuvre, l’écosystème, les ressources naturelles, l’énergie renouvelable et l’accès au marché. Cela résonne énormément chez nos voisins », dit-il.

Toujours selon le ministre, le Canada est avancé sur les nouvelles technologies environnementales et pourrait devenir le fournisseur vert de choix des entreprises à travers le monde.

Le Canada produit de l’aluminium vert, qui sera utilisé dans les téléphones Apple. L’acier vert québécois, les puces électroniques vertes, etc., ajouteront à l’importance des échanges économiques avec la Floride, ce pays de résidence hivernale pour environ 3,2 millions de Canadiens dont 800 000 Québécois.

Presque de la fiction 

Le succès d’Artemis 1 est vital. Dans cette première étape, la capsule Orion est lancée en orbite autour de la Lune pour un voyage de 42 jours. Habitée par des mannequins d’une intelligence sensorielle qui relève de la fiction, une foule de données sur les radiations, vibrations et autres éléments seront collectées et analysées avant de permettre aux astronautes de partir pour ce premier voyage de 400 000 km avec Artemis 2. 

La technologie canadienne a marqué l’histoire spatiale avec l’ingéniosité de son bras robotisé installé à Station Spatiale Internationale (SSI) en 1981. Un peu plus de quarante ans plus tard, la troisième génération de cette invention permettra une autonomie complète de la station spatiale inhabitée Gateway. Grâce à l’intelligence artificielle et la mobilité inventive, la précision d’exécution que fournira l’invention canadienne captera l’attention planétaire. Et la présence des scientifiques canadiens en Floride ne fera qu’augmenter. 

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

LE MOIS DES PRÉVISIONS

Une fois de plus, les ornements de Noël scintillent...

LE BRIGHTLIGHT EN ROUTE VERS LA TREASURE COAST

Des résidents de Port St. Lucie ont été impressionnés...

Cahier de Noël

QUOI OFFRIR À SES BIEN-AIMÉS POUR NOËL ? IDÉES-CADEAUX DE FLORIDE Le...

DÉMOLITION DE L’HÔTEL DEAUVILLE À MIAMI BEACH

Le Deauville Beach Resort, construit en 1957, a été...