LES TROIS PREMIÈRES DE MARTIN !

Date:

Il est 15 heures, dimanche le 13. Veille de la Saint-Valentin et des promesses des je t’aime moi non plus. Le match du Canadien vient de prendre fin à la suite d’une autre défaite, celle-ci par le pointage de 5 à 3 face à des Sabres de Buffalo. Des Sabres qui ne font plus les séries depuis je ne sais plus quand.

Ça fait trois défaites en trois sorties sous la coupole de Martin St-Louis. Ça fait dix défaites de suite. Ce n’était pas arrivé depuis 1926. Cette année-là, ma mère avait quatre ans. C’était une fillette. Mon père en avait neuf. C’était un gamin. Il n’y avait pas de télé en 1926. Le CH jouait avec des tuques et des patins tuyaux sur des patinoires extérieures où les stars étaient les courageux qui passaient la gratte durant le match et entre les périodes.

Pas certain que cette saison de merde en 1926 avait changé grand chose entre deux promenades à chevaux à l’usine la semaine et à l’église le dimanche.

Il était 15 heures dimanche et même les journalistes partisans au réseau TVA étaient sans voix. Sans explication. Ils étaient éteints comme un lampion sous le vent.

Après le premier match de St-Louis trois jours plus tôt, le Canadien s’était battu pour offrir une performance décente. Si Cayden Primeau avait été moindrement bon en première période, le club aurait pu surprendre. Cole Caufield avait inscrit son premier but important depuis… avec un certain sourire de Michel Louvain. Un premier avec éclats depuis les séries de l’an passé avec Dominique Ducharme. Mais les Capitals l’avaient emporté 5 à 2. Sans Ovechkin. St-Louis avait été solide en conférence de presse. On a même entendu Chantal sourire quand Martin lui a demandé de l’aide quand il cherchait le bon mot en français. L’espoir revenait.

Deux jours plus tard en après-midi, samedi, le Canadien recevait les Blue Jackets de Columbus et Max Domi. Un autre guerrier de la taille de St-Louis. Un autre comme Martin et Cole. Samuel Montembeault joua peut-être mieux que Price devant son filet le temps d’une partie. Mais une punition aussi malheureuse qu’innocente de Jeff Petry en fin de match coula encore le Canadien 2 à 1. Celle-ci fit mal. Patrik Laine toucha les cordages avec seulement huit secondes au cadran. Mais après la partie les journalistes de TVA s’emballèrent encore. Louis Jean présenta presque St-Louis comme son beau-frère. Surtout qu’il venait de relancer Cole avec deux buts en deux parties. Tout devenait possible.

Troisième partie, l’intensité descendit d’un cran contre Buffalo. Faut dire qu’un autre match face aux Sabres devant des estrades Legault toujours vides, c’est plate en ta. Mais le Canadien réussit à être dans le match jusqu’à la fin. Il prit même les devants 3 à 2 en deuxième. Felix Seguin hurla le but d’Armia dans les chaumières chauffées au bois au Québec comme si le Rocket venait de scorer en éliminatoires. Lance et cooooooooompte. Mais Jeff Skinner en marqua quatre. Dont deux en troisième. Je n’ai même pas regardé la conférence de presse de St-Louis. Je savais ce qu’il allait nous raconter.

J’ai zappé au Super Bowl. C’était comme de passer de la télé en noir et blanc sans son à la première partie sur écran couleurs. Il y avait de la vie. Il y avait de l’animation. Il y avait du beau monde et des vraies vedettes. Le SoFi Stadium vibrait au rythme d’Hollywood Californie, et les Rams l’emportèrent 23-20 à leur dernière possession du ballon à la fin du quatrième quart. Les Bengals tentèrent un dernier retour. Des Bengals, qui ont étonné tout le monde en playoffs.

J’aurais aimé aller célébrer ça sur Melrose, Sunset, Hollywood ou San Monica boulevard. Avec Violette, Jeff et mes amis de la cité des anges.

Le Canadien jouera jeudi contre les Blues de… St-Louis. Souhaitons que Martin y signera sa première victoire. Parce que sinon, ça va continuer à déchanter dans les chaumières et au Centre Bell. Parce qu’il n’y a plus de blues du hockey à Montréal. Parce que l’équipe est atteinte d’un cancer. Pas le coach, les joueurs. Ces héritiers de Marc Bergevin.

Et parce que l’hiver est loin d’être terminé !!!

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

IAN POURSUIT SA ROUTE

Le 24 septembre, 13h00 La tempête tropicale Ian est en...

FAITES CONNAISSANCE AVEC MONSIEUR GILLES VANDAL

Faites connaissance avec monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

L’AÉROPORT D’ORLANDO OUVRE SON NOUVEAU TERMINAL C

Le septième aéroport le plus fréquenté du monde a...

GAMBLING : RÉCUPÉRATION DE TAXES !

À l’émission À VOTRE SERVICE, nous recevons M. Philippe...