Cette section ne contient actuellement aucun contenu. Ajoutez-en en utilisant la barre latérale.

Image caption appears here

Add your deal, information or promotional text

PARACHUTES ET DELTAPLANES DANS LE CIEL DE LA FLORIDE DU SUD

Aujourd’hui, la Floride et tout particulièrement le Sud de l’État, offre aux visiteurs tout comme aux résidents de nombreux centres de divertissements de tous genres. Certains d’entre eux demandent de vraies aptitudes sportives, surtout lorsqu’ils se passent dans les airs. En voici plusieurs exemples, actuellement très populaires en Floride, avec leurs appellations en français et en anglais. 

Le parachutisme

Pour la petite histoire, les débuts du parachutisme remontent à la fin du 18e siècle avec deux Français. En 1783, Louis-Sébastien Lenormand a fait pour la première fois la démonstration d’un saut depuis le haut d’un arbre, accroché à ce qui ressemble à un parapluie ou un parasol de sa conception et que l’on surnomme un « parachute ». Quelques années plus tard, le 22 octobre 1797, c’est au tour d’André-Jacques Garnerin de se lancer. Considéré comme l’inventeur du parachute sans cadre, alors que celui de Lenormand avait un cadre rigide, Garnerin réalise le premier saut de l’histoire en parachute à haute altitude, en sautant d’un ballon à hydrogène situé à 980 mètres (3 200 pieds) au-dessus de Paris.

Le saut en chute libre (skydiving)

Aujourd’hui sauter en parachute dans les airs depuis un avion à plusieurs milliers de mètres d’altitude ou encore d’une base fixe (Base Jumping), telle un pont, une falaise, etc., est devenu un fait anodin. Ce que les adeptes du saut en parachute recherchent désormais, c’est le saut en chute libre sans ouverture immédiate du parachute. Cette chute libre peut durer plus ou moins longtemps, suivant les figures libres ou de voltige à effectuer. Elle peut se pratiquer seul ou en groupe pour finalement se terminer comme un saut en parachute normal et rejoindre le sol en dirigeant son parachute de manière à se poser au lieu prévu.

Le parapente (paragliding)

Ce sport récréatif que l’on voit de plus en plus dans le ciel de la Floride se pratique avec un aéronef dérivé du parachute. À l’origine de ce nouveau concept, il faut citer l’américain David Barish, un ancien pilote d’essai de l’US Air Force. Il est devenu consultant pour la Nasa qui était, en 1964, chargée de mettre au point des parachutes pour le retour au sol des capsules Apollo. Il a alors développé une aile souple constituant une seule surface plane qui réagit à la pression de l’air, suivant les mêmes principes que les parachutes. Il a testé son invention sur les pentes d’une station de ski et trouvant amusant de perdre le contact avec le sol et de s’envoler au-dessus de la piste de ski, il en fit personnellement un divertissement, parlant alors de slope soaring (envolée d’une pente). L’affaire en resta là jusqu’en 1978 quand trois parachutistes du club d’Annemasse de Haute-Savoie en France ont eu l’idée d’utiliser le concept de Barish, mais cette fois-ci de s’élancer d’une montagne et non d’une pente de ski. Le succès de l’expérience lança du même coup la mode du « parapente ». 

Aujourd’hui, il existe même une version motorisée (Powered paragliding ou paramotoring ou encore PPG). Dans cette version, le pilote porte dans son dos un petit moteur à hélice pouvant fournir assez de poussée pour permettre le décollage sur un terrain plat, par un pilote seul et sans aucune assistance. Faisant de cet aéronef un ultra léger facile à utiliser, il a été promis à une grande popularité. La Floride, avec son littoral sans fin, est même devenue en peu de temps l’État du parapente motorisé !

Le deltaplane ou encore aile delta (hang gliding)

Bien que cette activité sportive semble relativement récente, il faut savoir que le concept du tout premier deltaplane a été inventé en 1811 par l’Allemand Albrecht Ludwig Berblinger et a été repris dans les années 1890 par son concitoyen Otto Lilienthal. Le principe de cet aéronef monoplace ou biplace est bien différent du parachutisme, car c’est tout simplement une aile en forme de delta sans moteur et le décollage se fait à pied, à partir d’un terrain en pente et l’atterrissage se fait tout aussi simplement. 

Beaucoup voudront comparer le parapente au deltaplane. Cela est certes possible, mais c’est comme si l’on voulait comparer une bicyclette à une trottinette… En règle générale, on peut dire qu’en vol, les deltaplanes étant plus profilés, ils sont capables d’atteindre des vitesses beaucoup plus rapides et ils ont la capacité de voler dans des conditions plus difficiles que les parapentes. Mais le deltaplane, en raison des aspects techniques de son déploiement et aussi de la vitesse qu’il peut atteindre, demande au moins dix leçons pour que le pilote arrive à le manœuvrer correctement et en toute sécurité.

Alors que du côté des parapentes, en raison de leur vitesse plus lente, ils demandent un temps d’apprentissage plus court et peuvent généralement décoller ou atterrir dans des espaces beaucoup plus petits… Et ils sont moins chers à l’achat et à l’entretien. La Floride offre un très grand nombre de centres spécialisés dans ce genre de sports.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Search