26.8 C
Miami
samedi, février 4, 2023

UNE SITUATION SANITAIRE ENCORE PRÉOCCUPANTE

Date:

On a bien évidemment envie d’y croire que la COVID-19 est derrière nous, que c’est le retour à la normale. Ce n’est pourtant pas si simple que cela. Triste constat : la Floride compte à présent plus de 84 000 personnes décédées de la COVID depuis le début de la pandémie, dont 1 000 le mois dernier. Les fêtes de fin d’année ont encore été marquées par une recrudescence des contaminations. 

Près de 32 000 cas reportés par le Department of Health la semaine du 31 décembre contre 24 000 la semaine antérieure.  

Alors qu’en Chine, les hôpitaux sont saturés en raison d’une nouvelle explosion de malades atteints du virus, on observe parallèlement une nette augmentation dans ceux de Floride. Une nouvelle forme du variant Omicron (XBB.1.5.) a vu le jour et les hôpitaux du Centre de l’État voient 33 % de plus de malades.

Dr Daniel Van Durme, doyen associé et professeur à Florida State University College of Medicine, recommande de faire le dernier booster de Pfizer et Moderna qui selon lui protège contre ce dernier variant et empêche notamment un décès ou une hospitalisation. Il précise tout de même que même si son degré de contagion est très fort, on ne connaît pas encore ses effets dans une population qui a été pour la grande majorité infectée et/ou vaccinée.

Dans toute la Floride, plus de 16 millions de personnes âgées de six mois et plus se sont fait vacciner avec au moins une dose, soit environ 73 % de la population. En revanche, moins de la moitié ont reçu le rappel.

Cette augmentation de nouveaux cas de COVID fait aussi surgir la question du port du masque. Alors que l’obligation a été levée il y a neuf mois, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) voudraient pouvoir le réinstaurer. 

C’est pourquoi, le 17 janvier, des avocats faisant partie du département de la justice, exposeront les raisons pour lesquelles ils estiment que les passagers des transports en commun tels que les autobus, les trains et les avions doivent de nouveau porter le masque. 

Des membres du parti républicain, quant à eux, s’opposent fortement à cette requête, car selon eux le port du masque ne permet pas d’identifier qui est infecté et comment soigner cette personne. De plus, le rendre obligatoire pourrait selon eux dissuader certains de voyager et d’exercer une activité commerciale.

Rappelons que le port du masque a fait polémique depuis le début de la pandémie et s’est vite politisé.

Notre gouverneur Ron DeSantis, qui contemple se présenter aux élections présidentielles de 2024, continue dans la même trajectoire : opposition au port du masque, au confinement, au vaccin. Si Donald Trump se présente aussi, leur position face au COVID serait un point d’opposition. En effet, son administration avait soutenu les groupes pharmaceutiques développant les vaccins.

Vous l’avez donc compris, la situation COVID, en plus d’être une préoccupation sanitaire est aussi une arme politique…

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

HILTON GÈRERA LE DIPLOMAT VENDU POUR 835 MILLIONS DE $

Selon le Wall Street Journal, la coentreprise de Credit...

LA ZONE GRISE DE LA DURÉE DE SÉJOUR DES CANADIENS 

Alors que de nombreux aspects du système d’immigration américain...

LES VENTES DE LOGEMENT EN DÉCLIN EN 2022

En 2021, les maisons, condos et appartements se vendaient...

LA COURSE À LA COURSE

En février en Floride, l’atmosphère pulse à un rythme...