27.3 C
Miami
dimanche, mars 3, 2024

LA FLORIDE S’ENLISE

Date:

Une onde de choc frappe l’actualité en Floride. Il faudra faire un deuil du Sunshine State tel que nous l’avons connu, car de profonds changements s’accélèrent et s’annoncent durables. 

Si nous vous disions qu’il existe un endroit où les professeurs risquent cinq ans de prison et 5 000 $ d’amende s’ils lisent à leurs étudiants un des livres interdits par l’État, ou si un de ces livres est trouvé dans leur bibliothèque scolaire. Que cette infraction est un crime au 3e degré. Vous penseriez alors que nous vous parlons de la Russie, de l’Iran, de la Chine ou d’un autre État totalitaire ! Mais nous parlons de la Floride. 

Voici un exemple de crime littéraire dans le Sunshine State : Everywhere Babies. Il s’agit d’un livre cartonné pour enfant, un classique, contenant des dessins de bébés et de parents. Cependant, dans un des dessins, deux hommes marchent côte à côte et l’un a son bras autour de l’autre. Les districts scolaires de Lee, Walton et Ste-Lucie ont temporairement retiré ce livre pour enfants afin de mener une enquête approfondie sur son contenu préjudiciable. 

Après le système d’éducation, c’est maintenant au tour du système judiciaire d’être orienté idéologiquement par le gouverneur de Floride, Ron DeSantis. Ce dernier a nommé plusieurs juges conservateurs à la Cour suprême de Floride et ceux-ci forment maintenant une majorité. Ces législateurs ont supprimé une règle qui permettait aux juges de suivre des cours sur l’équité et la diversité afin de répondre aux besoins de la formation continue.

Selon le juge Jorge Labarga, un dissident, cela « ouvre la voie à un démantèlement complet de toutes les initiatives d’équité et de diversité dans les systèmes des tribunaux d’État. »  Le juge Labarga soutient que l’on doit éduquer le système judiciaire sur les stratégies de lutte contre la discrimination. 

Rappelons que le 31 janvier, le gouverneur a déclaré qu’il prévoyait mettre fin au financement des programmes de diversité, d’équité et d’inclusion dans les collèges et universités.

Les chercheurs et les professeurs universitaires n’échapperont pas à la répression de la pensée. DeSantis a déclaré qu’il souhaite donner aux administrateurs et aux présidents des universités, qu’il nomme lui-même, plus de pouvoir lors du processus d’embauche et surtout, le pouvoir de revoir les contrats des professeurs titulaires à tout moment.

L’idéologie conservatrice n’a jamais manqué de faire sentir fortement sa domination sur le sexe féminin. Les journaux The Guardian et le Times rapportent que l’administration du gouverneur DeSantis évalue la possibilité d’exiger que les filles des équipes sportives des écoles secondaires répondent à des questions détaillées sur leurs menstruations afin de participer à des sports. Ces exigences embarrassantes qui touchent l’intimité pourraient suffire à décourager les adolescentes à participer à la vie sportive. 

Les droits individuels ne peuvent pas tenir devant une machine législative qui broie les libertés afin de faire avancer une idéologie.

De tout temps, les sociétés qui ont transformé leurs écoles en lieux d’endoctrinement et qui ont affiché leur mépris des intellectuels, en traitant leurs chercheurs universitaires comme des employés de dépanneur que l’on peut licencier à tout moment, ont toujours dépéri dans un règne de peur et de tyrannie.

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

L’hymne au printemps

Nous ouvrons la fenêtre sur le troisième mois de...

Des aides pour pallier à la croissance des aéroports de Floride

Afin de soutenir les aéroports de Miami et de...

LES MEILLEURS HAPPY HOUR !

La culture des happy hour détient un solide ancrage...

Réal Béland, une première en Floride !

C’est au Frenchie’s Bar & Grill, le dimanche 3...