24.4 C
Miami
samedi, décembre 3, 2022

Brèves

Date:

DON’T SAY GAY – PROTESTATIONS

Mardi dernier, une centaine d’employés de Walt Disney Co. en Californie, ont refusé de rentrer au travail afin de protester contre la réponse de l’entreprise au soi-disant projet de loi « ne dites pas gay », approuvé par la législature de Floride il y a deux semaines.

Disney est l’un des plus grands employeurs de l’État de Floride. En octobre 2021, 190 000 personnes travaillaient pour la société alors que sa division « entertainment » est formée en grande partie par des membres de la communauté LGBT. 

Le PDG de Disney, Bob Chapek, a contacté le gouverneur Ron DeSantis après l’adoption du projet de loi par l’Assemblée législative afin de partager ses inquiétudes du fait que la loi pourrait cibler les enfants et les familles LGBTQ+.

DeSantis a critiqué Disney plus tôt ce mois-ci pour avoir poussé le programme « réveil », donnant l’opportunité aux employés de s’exprimer contre la nouvelle législation. 

Disney et ses marques affiliées ont publié dans un communiqué que « Disney Parks, Experiences and Products s’engagent à créer des expériences qui soutiennent les valeurs familiales pour chaque famille, et ne toléreront aucune forme de discrimination », lit-on aussi sur les comptes Facebook et Instagram de Walt Disney World. « Nous nous opposons à toute législation qui enfreint les droits fondamentaux de l’homme, et sommes solidaires [avec] et soutenons nos acteurs, les membres de la production, créateurs et fans LGBTQIA + qui font entendre leur voix aujourd’hui et tous les jours. »  Mais, le font-ils vraiment ? 

L’arc en ciel fait présentement place aux nuages.

 

ÉTAT D’URGENCE DÉCLARÉ À MIAMI BEACH

La semaine dernière, la petite ville de Miami Beach, qui englobe la légendaire South Beach, a perdu tout son charme et sa distinction. L’état d’urgence a été déclaré en plus de la mise en place d’un couvre-feu afin de freiner la violence dispersée dans la ville à l’occasion du spring break.

Ce décret des responsables intervient à la suite de fusillades qui ont blessé cinq personnes.

Lors d’une conférence de presse avec le département de police de Miami Beach et d’autres responsables de la ville, le maire Dan Gelber a déclaré que les touristes avaient créé une atmosphère « inacceptable » dans toute la ville et que « son seuil de tolérance était dépassé ». Les résidents en ont aussi ras le bol.

Le couvre-feu s’est terminé hier, le lundi 28 mars à 6h. La vente d’alcool en magasin était interdite après 18h dans le secteur affecté, sans toucher les bars et restaurants dont les heures d’opération étaient prohibées de minuit à 6h. Les aires de stationnement fermaient à 23h.

Les résidents, qui quittaient la maison pour éviter le bruit et le chaos, étaient tenus de retourner avant minuit ou faire face à des points d’identification et des longues files d’attentes.  

Une sérieuse discussion sera à l’agenda au prochain conseil de ville pour faire le point sur la situation.

Il serait bien que South Beach, quartier Art déco de Miami Beach autrefois inscrit au registre national des lieux historiques, redore son blason. Il comprenait la plus grande collection d’architecture Art déco au monde et l’a troquée pour le plus déshonorable rassemblement étudiant au pays.

Depuis 2018, les périodes de relâches scolaires s’enveniment dans Miami Beach à la suite des efforts entrepris par Fort Lauderdale pour se débarrasser des fêtards.

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

PROTECTION DES LAMANTINS ET DE LA BAIE DE BISCAYNE

AVEZ-VOUS DÉJÀ CROISÉ UN LAMANTIN ? Ils se font de...

REQUINS BLANCS ET RECORD DE CHALEUR

ILS SONT DE RETOUR ! Chaque année, la fin de la...

LE MOIS DES PRÉVISIONS

Une fois de plus, les ornements de Noël scintillent...

LE BRIGHTLIGHT EN ROUTE VERS LA TREASURE COAST

Des résidents de Port St. Lucie ont été impressionnés...