DE LA NFL AU CANADIEN, AYOYE !

Date:

Ils l’ont l’affaire les Américains. Pour reprendre la phrase culte et hilarante d’Elvis Gratton. 

T’as l’impression que tous leurs événements sportifs ou autres sont plus big que nature. C’est du Jurassic Park en temps réel.

T’as le feeling que Steven Spielberg, Martin Scorsese, Quentin Tarantino ou James Cameron vient toujours accoucher d’un script pour l’heure J du match.

Nous connaissons depuis dimanche soir les deux acteurs du prochain Super Bowl : ce sera les Bengals de Cincinnati contre les Rams de Los Angeles. Deux clubs que Las Vegas ne voyait pas à l’affiche.

Et comme si c’était encore plus arrangé avec le gars des vues, la partie aura lieu à Inglewood le 13 février à l’impressionnant SoFi Stadium construit au coût de 4,96 milliards de dollars. Comme l’an passé avec les Buccaneers de Tampa Bay de Tom Brady, les preneurs aux livres favoriseront l’équipe locale, les Rams. Sauf que cette année, jouer à la maison n’est pas un gage de victoire. Parlez-en seulement aux Packers de Green Bay, aux Titans du Tennessee et même aux Chiefs de Kansas City. Chacune de ces intenses parties s’est terminée sur un jeu à couper le souffle de dernières secondes en temps régulier ou sur une montée d’adrénaline en prolongation. Du septième art sur un terrain de football.

À la fin de ces deux parties de dimanche, si vous avez zappé sur la fin de la partie entre les Blue Jackets de Columbus et le Canadien devant des estrades Legault au Centre Bell, votre bière est sûrement devenue flatte d’une seule gorgée.

Le Tricolore est parti pour la pause du match des étoiles avec une énième raclée de 6 à 3 contre un club aussi déjà éliminé des éliminatoires.

Tous les joueurs sont rentrés chez eux la tête entre les deux jambières. Et possiblement le coach Dominique Ducharme en premier.

Le club croupit au 32è rang, les vétérans traînent des patins et les jeunes patinent comme dans un épais brouillard digne d’un film d’horreur de Wes Craven.

Le nouveau dg Kent Hughes a hérité d’un cadeau empoisonné de Marc Bergevin et de Geoff Molson. Et comme si un mauvais sort en attendait désormais un autre sur un coin de rue autour du Centre Bell, Carey Price a annoncé dimanche que ses genoux mettaient sa carrière en suspens.

Pendant ce temps, la partie des étoiles de la LNH arrivera une petite semaine avant le Super Bowl.

Les promoteurs du clan Bettman ont intérêt à sortir une flush royale de leur manche à Las Vegas pour tenter de faire le poids avec les truckers de la NFL !

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

IAN POURSUIT SA ROUTE

Le 24 septembre, 13h00 La tempête tropicale Ian est en...

FAITES CONNAISSANCE AVEC MONSIEUR GILLES VANDAL

Faites connaissance avec monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

L’AÉROPORT D’ORLANDO OUVRE SON NOUVEAU TERMINAL C

Le septième aéroport le plus fréquenté du monde a...

GAMBLING : RÉCUPÉRATION DE TAXES !

À l’émission À VOTRE SERVICE, nous recevons M. Philippe...