28.3 C
Miami
mercredi, mai 29, 2024

Coût des charters de DeSantis

Date:

Coût des charters de DeSantis pour rapatrier desAméricains d’Israël = 0,00 $ !

Le dimanche 15 octobre, un avion affrété par EuroAtlantic Airways a été officiellement accueilli à Tampa par le gouverneur de Floride Ron DeSantis et son épouse Casey. À son bord, 270 citoyens américains dont 91 enfants. Un autre vol a également transporté sept de ces personnes à Orlando le même jour. Ces passagers ont été parmi les premiers évacués israéliens à arriver en Floride, suite à un ordre signé par DeSantis, exigeant que la Division de gestion des urgences de Floride affrète des vols pour les résidents immobilisés en Israël. L’État s’est associé au Projet Dynamo pour cette évacuation. L’agence à but non lucratif a mené plus de 600 missions de sauvetage pour relocaliser près de 7 000 personnes depuis sa création en 2021, au milieu de la prise de contrôle de l’Afghanistan par les Talibans.

Le 18 octobre dernier, un deuxième chargement d’évacués américains en provenance d’Israël a atterri à l’aéroport international de Tampa à bord d’un Boeing 787 d’EgyptAir. Selon le PDG et fondateur de l’organisation Dynamo, qui a affrété le vol, l’avion transportait 23 passagers, tous citoyens américains. 

La façon dont l’État était impliqué dans ce deuxième vol n’est pas claire. DeSantis a suggéré sur X (anciennement Twitter) que la Floride coordonnait le vol EgyptAir avec le projet Dynamo.

D’après WLRN, les Américains doivent payer pour leur évacuation d’Israël au  Département d’État parce que c’est la loi ! Donc, les milliers d’Américains qui tentent de fuir Israël en pleine guerre ont la possibilité d’obtenir un vol affrété – s’ils paient leur passage. Les critiques de l’administration Biden étaient irritées par le fait que les Américains devront défrayer eux-mêmes, mais Brian Krassenstein, un commentateur de gauche, a déclaré que les agences de Biden suivaient une politique définie il y a des décennies en publiant sur X : « vérification des faits : les conservateurs attaquent Biden en disant qu’il exige des Américains piégés en Israël, qui veulent partir, qu’ils signent un billet à ordre pour rembourser les frais.  FAITS : c’est la politique américaine depuis au moins 79 ans ! » Le billet à ordre est une reconnaissance de dette émise et signée par le débiteur. Krassenstein a déclaré que cette politique, aussi connue sous le nom de formulaire DS-5528, remonte « au moins à 1944 ». Cette politique est en fait « antérieure de plusieurs décennies à l’administration Biden et a été utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale en plus de devenir loi il y a 67 ans ».

Passage du secrétaire américain des Transports au sud de la Floride

Le secrétaire américain aux Transports, Pete Buttigieg, a vanté les investissements du président Biden lors de sa venue dans le Sud de la Floride le 17 octobre dernier. Le but était de souligner les milliards de dollars fédéraux investis dans les projets d’infrastructure et ferroviaires de la région, où il a pris le train Brightline de West Palm Beach à Fort Lauderdale. Ces fonds fédéraux seront dépensés sur cinq ans pour résoudre des problèmes de longue date liés aux infrastructures du pays, stimuler la croissance économique, créer des emplois et soutenir les initiatives en matière d’énergie propre et durable.

L’un des investissements les plus importants s’élevait à un milliard de dollars pour aider à finaliser un retard dans les projets de restauration des Everglades. L’argent a été injecté dans la facture d’infrastructure de 1 000 milliards de dollars.

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

Brèves

Red Lobster dépose une demande de mise en faillite Red...

L’IA devrait-elle s’en mêler ?

En tant d’Être humain, il est difficile de ne...

La fin des changements climatiques

Tout porte à croire que le gouverneur Ron DeSantis...

De nouveaux projets dans deux aéroports de Floride

Les aéroports de Fort Lauderdale-Hollywood (FLL) et de Palm...