26.8 C
Miami
samedi, février 4, 2023

UNE RÉCESSION DEVRAIT AIDER À FAIRE BAISSER PLUS RAPIDEMENT L’INFLATION 

Date:

Benoît Durocher, Économiste Principal – Mouvement Desjardins

Les conséquences de la hausse du coût de la vie, la poursuite de certains problèmes d’approvisionnement, les problèmes économiques de la Chine, la diminution de la richesse des ménages et, surtout, les resserrements monétaires décrétés par les principales banques centrales devraient provoquer une récession mondiale en 2023. 

Le degré de sévérité de la contraction de l’activité économique devrait différer selon les pays et pourrait aussi diverger de nos scénarios de base. Aux États-Unis, une baisse plutôt modeste du PIB réel est attendue, mais on ne peut complètement écarter la possibilité d’un atterrissage en douceur sans récession officielle ou d’une contraction plus sévère. 

Au Canada, le niveau plus élevé des taux d’intérêt continuera de peser sur l’activité dans les secteurs de l’habitation et de la consommation, ainsi que sur le marché du travail en 2023. Par conséquent, le PIB réel devrait se contracter au cours des trois premiers trimestres de l’année.

Au Québec, la récession semble déjà débutée puisque le PIB réel a encaissé une baisse de 1,9 %, à rythme annualisé, au troisième trimestre de 2022. La récession sera confirmée si le recul se poursuit au cours des prochains trimestres. La baisse de 0,5 % du PIB réel en septembre augure mal pour le quatrième trimestre. 

La correction du marché de l’habitation canadien devrait en grande partie être derrière nous après une chute vertigineuse par rapport à son sommet de février 2022. L’activité devrait néanmoins continuer à diminuer graduellement à mesure qu’un nombre croissant de ménages renouvelleront leur prêt hypothécaire à des taux d’intérêt beaucoup plus élevés. 

Au Québec, le marché de l’habitation continuera aussi de se détériorer en 2023. La correction des prix se poursuivra et celle-ci devrait atteindre environ 15 % d’ici la fin de l’année par rapport au sommet du printemps 2022. La première vague de baisse du prix moyen encaissée en 2022, surtout attribuable à une baisse de la demande, sera suivie d’une seconde vague cette année. 

Une diminution marquée de l’inflation est attendue en 2023. On s’attend à ce que les taux d’inflation s’approchent des cibles des banques centrales d’ici la fin de l’année. La diminution des prix des matières premières et l’apaisement d’une bonne part des problèmes d’approvisionnement devraient provoquer une baisse notable de l’inflation. Toutefois, plusieurs marchés des produits de base demeurent dans une situation précaire, notamment celui du pétrole, et il en faudrait peu pour faire grandement bouger les prix dans un sens comme dans l’autre. 

Le relèvement des taux directeurs devrait être nettement moins marqué en 2023. La Banque du Canada pourrait amorcer une pause après sa rencontre de janvier si elle juge qu’il y a suffisamment d’indications que l’inflation baissera. Advenant une inflation encore trop persistante, le relèvement des taux directeurs pourrait se poursuivre au Canada. Quant aux autres principales banques centrales, incluant la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne, il semble plus probable qu’elles décréteront encore quelques hausses de taux au début de 2023. 

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

HILTON GÈRERA LE DIPLOMAT VENDU POUR 835 MILLIONS DE $

Selon le Wall Street Journal, la coentreprise de Credit...

LA ZONE GRISE DE LA DURÉE DE SÉJOUR DES CANADIENS 

Alors que de nombreux aspects du système d’immigration américain...

LES VENTES DE LOGEMENT EN DÉCLIN EN 2022

En 2021, les maisons, condos et appartements se vendaient...

LA COURSE À LA COURSE

En février en Floride, l’atmosphère pulse à un rythme...