La LNH plus attrayante

Date:

La Ligue nationale de hockey offre une nouvelle image. Il est impressionnant de voir combien de jeunes talents apparaissent en même temps dans le plus important circuit de ce sport.

La source devient intarissable. Quelques raisons expliquent ce renouveau qui charme de plus en plus d’amateurs.

D’abord le fait que 30 équipes forment les cadres de la LNH ouvre davantage de portes pour les joueurs juniors.

Puis, l’abondance de hockeyeurs européens qui décident de s’amener en Amérique, ajoute à la qualité du jeu.

Devant cet afflux de patineurs de l’Europe, des États-Unis et du Canada, les vétérans perdent plus rapidement leur place, à moins d’être des surdoués à la Jaromir Jagr ou Chris Chelios.

Autre facteur majeur; le cap salarial qui, souvent, forcent des équipes à se départir de vétérans payés trop cher alors que leur production décline à vue d’œil.

La course aux meilleurs talents devient la seule façon de reconstruire une formation en déclin.

La séance annuelle du repêchage prend des proportions énormes autant pour les mordus que pour les dirigeants des formations.

Parce que ce weekend, qui se transporte d’une ville à l’autre chaque mois de juin, présente à la planète hockey, les vedettes de demain.

Au cours des deux dernières saisons, le nombre de prospects, qui faisait saliver les 30 directeurs généraux et les fans, dépassaient les attentes et faisait rêver.

Aujourd’hui, on réalise à quel point les repêchages de la dernière décennie ont fourni à plusieurs équipes, les joueurs qui attirent les foules et qui les font gagner.

On pourrait aligner une liste de dizaines de patineurs. Il suffit de penser aux John Tavares, PK Subban, Jonathan Toews, Patrick Kane, Steven Stamkos, Victor Hedman pour se convaincre de ce renouveau.

Sid the kid

Depuis 2005, on a l’impression que le hockey prend une nouvelle tangente. Cela coïncide avec l’arrivée du successeur de Wayne Grezky et de Mario Lemieux.

L’apparition de Sidney Crosby provoque un nouvel engouement pour ce sport.

Premier choix du repêchage, il fait immédiatement le saut dans la Ligue nationale. À son premier match, qui a lieu au New Jersey, 150 journalistes viennent voir ce nouveau phénomène. Un an plus tard, il devient le plus jeune joueur de l’histoire de la LNH à franchir le cap des 100 points en une saison. C’est de là qu’on lui donne le qualificatif de Sid the kid.

Crosby n’arrive pas seul en 2005. Un autre super doué l’accompagne. Alex Ovechkin fait écarquiller les yeux en remportant le championnat des compteurs, volant à Sidney Crosby le Trophée Calder pour la recrue de l’année.

Dès 2005, ces deux jeunots s’imposent tellement par leur habileté, leur rapidité et leur finesse, que le hockey prend un nouvel élan.

Depuis, ça ne s’arrête plus. Chaque nouvelle saison apporte à différentes équipes de nouvelles vedettes, qui leur permettent de faire un pas en avant.

Dans la lignée on voit apparaitre les Jonathan Toews, Erik Johnson, Phil Kessel, puis en 2007, c’est au tour de Patrick Kane, Jacob Voracek, Ryan McDonagh, suivi par Steven Stamkos un an plus tard.

Depuis 2009, on assiste à l’émergence des Tavares, Hedman, Seguin, Hall, Nugent-Hopkins, Huberdeau, Trouba, Forsberg.

En 2013, la récolte est de haut niveau tout comme en 2014.

D’abord Nathan Mackinnon, Alexander Barkov, Seth Jones, Sean Monahan, Rasmus Ristolainen suivi par une cuvée aussi prometteuse.

Le défenseur de 18 ans, Aaron Ekblad, devient le tout premier choix de l’édition 2014-2015. Il fait le saut avec les Panthers de la Floride immédiatement.

Sam Bennett, William Nylander, Sam Reinhart, Leon Draisaitl, réclamé après Ekblad, joueront probablement tous dans la Ligue nationale cette saison, ce qui démontre leur grand talent.

McDavid

Et là un autre phénomène apparait. Un jeune de 18 ans va tenter de chausser les patins d’un Sidney Crosby.

Depuis deux ans, dans l’uniforme des Otters d’Erié, de la Ligue junior de l’Ontario, Connor McDavid ne cesse d’émerveiller la galerie avec sa dextérité et ses mains magiques.

Sa supériorité lui a valu un passe-droit pour graduer, dès ses 16 ans, dans ce circuit, tout comme en avait profité Aaron Ekblad.

L’an dernier, en dépit d’une blessure, il a récolté 120 points dont 44 buts, en 47 matchs.

Il n’est pas attendu seulement à Edmonton, son nouveau domicile, mais à la grandeur de la Ligue nationale. Il y a fort à parier que les amphithéâtres seront remplis à pleine capacité lors de son passage dans les autres villes du circuit.

Si depuis deux ans, Connor McDavid attire sur lui les projecteurs on peut dire que l’Américain Jack Eichel n’est pas en reste.

Eichel, plus imposant physiquement, fera lui aussi le saut sous la grande tente, avec les Sabres de Buffalo.

Comme quoi la liste des joueurs électrisants se prolonge et les comparaisons restent un sujet quotidien pour les mordus.

Tous ces nouveaux joueurs dominants permettent de plus en plus d’épurer ce sport de ses matamores et de son bois mort, et redonnent du lustre à ce sport si magnifique lorsqu’il est joué par de vrais hockeyeurs.

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

IAN POURSUIT SA ROUTE

Le 24 septembre, 13h00 La tempête tropicale Ian est en...

FAITES CONNAISSANCE AVEC MONSIEUR GILLES VANDAL

Faites connaissance avec monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

L’AÉROPORT D’ORLANDO OUVRE SON NOUVEAU TERMINAL C

Le septième aéroport le plus fréquenté du monde a...

GAMBLING : RÉCUPÉRATION DE TAXES !

À l’émission À VOTRE SERVICE, nous recevons M. Philippe...