26.8 C
Miami
samedi, février 4, 2023

AU PIRE CREUX DE LA VAGUE ! 

Date:

La Floride n’est plus torride pour le Canadien.  Mais plus du tout alors.

En 24 heures, entre Tampa Bay (le 28 décembre) et Sunrise (le lendemain 29), l’équipe de Martin St-Louis a été refroidie avec seulement trois petits buts au baromètre et onze encaissés (4 à 1 face au Lightning et 7-2 devant les Panthers).

C’est un tsunami que pourtant chacun des snowbirds, fans de hockey, ont vu venir sous leurs verres fumés près des flancs bleuâtres de la côte Atlantique.

Ce qui fait mal est la manière de les voir naviguer. Certains vétérans jouent comme des touristes et les plus jeunes, surtout en défense, sont tout simplement abandonnés sur le bateau bleu-blanc-rouge. 

Quand ton seul défenseur avec de la bouteille est Joël Edmundson, c’est que tu manques de Popeye et d’épinards sur le pont. L’adversaire a vite compris que si tu noies les canards Nick Suzuki et Cole Caufield, il n’y a plus de sauveurs en maillot de bain pour proposer le bouche à bouche sur la plage.

Et pourtant, en saison, on nous avait promis une plus belle croisière. Avec St-Louis comme capitaine du love boat et Chantal comme sirène à la communication, le début du voyage était même parfois festif. Mais tous savaient que lorsque la tempête s’élèverait, qu’un nouveau naufrage était inévitable à bâbord et à tribord pour le Tricolore.

L’année 2022 s’est terminée le samedi 31 décembre avec la pire dégelée du club. Une défaite de 9 à 2 contre les Capitals et le vieux Ovi qui en a ajouté trois à son compteur de buts à Washington. Quelle dépression climatique pour le CH.

Et tout ça en présence des mamans des joueurs qui avaient été invitées par l’organisation pour leur donner bon vent et appétit.

Le repas du Jour de l’An a dû tourner à la soupe à la grimace. 

Le Canadien n’est pas encore arrivé à la mi-saison et déjà le club est éliminé. De janvier à la mi-avril, tout ce qu’on aura à s’accrocher est à l’espoir de terminer au plus creux de la vague pour avoir une chance à la loterie. 

Une chance de mettre la main sur Connor Bedard, le futur prodige de la LNH, né un 17 juillet à Vancouver Nord. Ironiquement, il porte le même prénom que l’actuelle superstar Connor McDavid, des Oilers d’Edmonton.

Mais faudra être chanceux au tirage du boulier cet été. Parce que Chicago, Columbus, Anaheim, Philadelphie et Arizona risquent d’être aussi du bal des loosers. Jamais je n’aurais cru voir le Canadien dans un si mauvais état de mon vivant.

Du temps que je couvrais le club, quand le Canadien venait en Floride, c’était pour fêter leur énième Coupe Stanley.  Mais, pas pour chanter du Aznavour; je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

Belle année 2023 les snowbirds. Restez sur la plage, là où Sunrise n’est pas une patinoire de hockey mais le plus beau show au monde: la levée du soleil au p’tit matin !

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

HILTON GÈRERA LE DIPLOMAT VENDU POUR 835 MILLIONS DE $

Selon le Wall Street Journal, la coentreprise de Credit...

LA ZONE GRISE DE LA DURÉE DE SÉJOUR DES CANADIENS 

Alors que de nombreux aspects du système d’immigration américain...

LES VENTES DE LOGEMENT EN DÉCLIN EN 2022

En 2021, les maisons, condos et appartements se vendaient...

LA COURSE À LA COURSE

En février en Floride, l’atmosphère pulse à un rythme...