Jacques Cartier et sa « Découverte » du Canada

Date:

Le monde entier, du moins ceux qui s’intéressent à l’histoire du monde, ont appris qu’en 1534, Jacques Cartier a « découvert le Canada » et en a pris possession au nom du roi de France.

Première expédition d’avril à août 1534 « découverte du Canada »

Dans les faits, Jacques Cartier ne « découvrira » pas véritablement le Canada car en 1532 on pouvait déjà noter que tous les ans, environ 50 bateaux avec plus de 1 200 pêcheurs venaient pêcher la morue sur les « haut fonds » de Terre-Neuve. Il est cependant reconnu comme le premier européen à avoir documenté ses expéditions, donné des noms et décrit ces nouveaux territoires permettant de fixer cette partie du monde sur les cartes du globe terrestre.

L’expression vient plutôt du mot utilisé dans le libellé de sa mission, formulée ainsi par le roi de France François Ier, qui est de « descouvrir certaines ysles et pays où l’on dit qu’il se doibt trouver grant quantité d’or et autres riches choses », mais aussi ce qui est exprimé plus loin, de trouver par l’ouest la route de l’Asie (Inde, Japon et Chine). Jacques Cartier part du Cap de la « Bonne visite » près de Saint-Malo, le 20 avril 1534, avec 2 navires et 61 hommes. Le 14 juillet, il entre dans la baie de Gaspé (dont le nom ne date pas de cette date). Il y fait un séjour prolongé de 10 jours, ce qui lui permet d’établir des relations avec les indiens Iroquois Laurentiens dont le chef est Donnacona avec qui il fraternise. Le 24 juillet 1534, sur la pointe Penouille, Jacques Cartier fait dresser une croix de 30 pieds de haut, aux armes de la France, pour marquer la prise de possession de ces territoires.

Il revient en France avec deux des fils de Donnacona (Domagaya et Taignoagny), suivant une pratique courante de l’époque, car c’est là une preuve concrète que l’expédition s’est bien rendue dans le Nouveau Monde. C’est aussi la seule façon de préparer les futurs voyages et de développer la connaissance de la langue.

Deuxième expédition : 1535-36 : Premier hivernage et exploration du fleuve Saint-Laurent jusqu’à Hochelaga

Ce second voyage qui s’organise très vite après le premier, va se faire avec 110 hommes et trois navires, dont les noms resteront à jamais marqués dans l’histoire de la France, du Canada et de l’humanité : La Grande Hermine, la Petite Hermine et l’Émérillon.

En septembre, Jacques Cartier installe son premier campement en face du cap Stadaconé sur la rivière Sainte Croix, (de nos jours Saint Charles) et où vivaient des Montagnais. Puis il remonte le fleuve Saint-Laurent et arrive en octobre à hauteur d’une grande ile qu’il nomme Mont Royal, sur laquelle se trouve « Hochélaga » une ville fortifiée des Iroquois. Malgré un accueil chaleureux, il ne reste pas et retourne dès le lendemain vers Québec car l’hiver approche. L’hiver sera très dur, le scorbut frappe et 25 à 30 des hommes de Jacques Cartier vont mourir, les autres étant sauvés grâce à la fameuse tisane préparée par les indiens. Au printemps, Jacques Cartier reprend la route de la France avec deux vaisseaux laissant sur place l’Émérillon. Il est de retour le 15 juillet 1536 après une absence de 14 mois.

Troisième expédition 1541-42 : Implantation de la colonie de Charlesbourg Royal

Cette troisième expédition est certainement celle qui est la moins connue et la moins glorieuse pour Jacques Cartier. Dans les faits, il faudra attendre 5 ans pour organiser une nouvelle expédition, car la conjoncture politique en France est trop mauvaise. Cette troisième expédition a pour but d’implanter une colonie permanente et Jacques Cartier espérait en avoir la charge, mais malheureusement, il lui manque un titre de noblesse et c’est à contre cœur qu’il devra la faire sous les ordres de Jean François de la Rocque, Sieur de Roberval, (un proche du roi) avec qui Jacques Cartier n’a aucun atome crochu.

Il part le premier et installe à l’été 1541 (aout) le fort Charlesbourg Royal au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière du Cap Rouge près de Québec afin d’y loger une colonie d’environ 600 hommes et femmes. En attendant l’arrivée de Roberval et des futurs colons, il explore la région et découvre ce qu’il pense être de l’or et des diamants. Au printemps 1542, ne voyant pas Roberval arriver, il décide de repartir vers la France. Ils se croisent à hauteur de Terre-Neuve, mais Jacques Cartier qui est certain d’avoir fait la découverte de sa vie, refuse de faire demi-tour et met le cap vers Saint Malo. Aussitôt arrivé, il fait expertiser la cargaison qui ne s’avère être que de la pyrite et du quartz !

Sources: Vous pouvez également consulter ces sites sur internet. Ils ont permis de documenter cet article : www.biographi.ca/frwww.wikipedia.org

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...

ALERTE AUX TORNADES !

Une alerte de tornade a été émise pour le...

QUOI FAIRE OCTOBRE 2022

TOP 3 À VISITER #1 Fort Lauderdale International Boat Show Le salon...