Il faut maintenant se préparer à une hausse des taux d’intérêt

Date:

PAR MATHIEU D’ANJOU

L’année 2021 aura été marquée par une reprise spectaculaire de l’activité économique dans la plupart des pays. Du côté des États-Unis, la pleine récupération du PIB réel s’est accomplie dès le printemps dernier, aidée par les généreuses mesures de soutien du gouvernement fédéral. La pandémie de COVID-19 est demeurée très présente dans l’actualité tout le long de 2021 et l’histoire pourrait bien se répéter en 2022. 

Aidés par la vaccination, les ménages, les gouvernements et les entreprises ont cependant su s’adapter pour poursuivre leurs activités économiques malgré les vagues successives de cas. Il y a toutefois encore des divergences importantes entre les secteurs.

À l’amorce de la pandémie en 2020, les banques centrales, la Réserve fédérale (Fed) en tête, ont joué un rôle essentiel pour limiter les conséquences négatives de la crise. Non seulement elles ont baissé leurs taux directeurs au niveau plancher, mais elles ont injecté massivement des liquidités dans les marchés financiers et même accepté d’acheter des titres relativement risqués pour éviter une crise similaire à celle de 2008. Par la suite, le maintien de conditions financières très favorables était vu comme essentiel par les banques centrales pour assurer une reprise vigoureuse de l’économie. 

Les actions des banques centrales et des gouvernements ont été tellement efficaces que les craintes de dépression économique ont rapidement fait place à des craintes de surchauffe. La reprise de l’activité et la récupération du marché du travail ont dépassé les attentes les plus optimistes et se sont accompagnées d’une poussée spectaculaire des prix à la consommation. L’inflation américaine s’est ainsi accélérée tout le long de 2021 pour atteindre 6,8 % en novembre dernier, le plus haut niveau depuis juin 1982 !   

Après avoir longtemps qualifié de temporaires les facteurs expliquant la poussée de l’inflation, la Fed semble maintenant prendre la situation beaucoup plus au sérieux. À sa rencontre de décembre, elle a annoncé une accélération de la diminution de ses achats d’actifs et a signalé que trois hausses de 0,25 % de ses taux directeurs seraient probablement appropriées dès 2022. Un rythme similaire de resserrement monétaire est attendu au cours des années suivantes pour ramener le taux des Fonds fédéraux à un peu plus de 2 %.     

Alors que tout indique que la demande des ménages demeurera vigoureuse en 2022, une remontée graduelle des taux d’intérêt semble essentielle pour éviter une véritable spirale inflationniste qui pourrait entraîner des conséquences très douloureuses par la suite. Les ménages et les entreprises doivent ainsi réaliser que les taux d’intérêt extrêmement faibles, dont ils ont pu profiter au cours des derniers trimestres, sont appelés à remonter graduellement vers les niveaux observés avant la pandémie.

Une remontée graduelle des taux hypothécaires aiderait aussi à calmer les craintes d’une nouvelle bulle immobilière alors que personne ne veut revivre l’expérience du début des années 2 000. Jusqu’à maintenant, les taux hypothécaires ont été pratiquement épargnés par la poussée de l’inflation, mais tout indique que la situation sera différente en 2022.

Mathieu D’Anjou est Économiste en chef adjoint au Mouvement Desjardins.

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

LE DÉPLACEMENT DE MIGRANTS VERS LES DES ÉTATS DÉMOCRATES, AVEC LA FLORIDE EN EXEMPLE.

Aujourd’hui nous recevons monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

IMMOBILIER : CÔTE EST ET SUD-EST DE LA FLORIDE

À votre service, nous recevons aujourd’hui madame Valery Ouellette,...

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...