23.3 C
Miami
lundi, décembre 5, 2022

Un drone sous-marin À la rescousse de la population de mérou

Date:

Le mérou, ou « grouper » en anglais, fait le délice dans nos assiettes depuis belle lurette. Tellement que sa population a besoin d’un coup de pouce plutôt que d’un coup de fourchette. Sinon, l’espèce risque de sombrer vers l’extinction.

Une équipe de chercheurs du Florida Atlantic University (FAU) tente justement de prêter main-forte au mérou à l’aide un drone sous-marin unique en son genre. Celui-ci a pour mission d’espionner leurs rituels d’accouplement, et la façon détecter cette séance « amoureuse » est assez inusitée.

Unique au monde!

Le drone sous-marin est un véhicule capable de fonctionner sous l’eau sans occupant humain. Tout comme son cousin aérien, il existe en plusieurs modèles et depuis plusieurs années.

Celui créé par l’équipe de chercheurs à FAU est unique au monde! Il est composé de capteurs acoustiques à la recherche des sons caractéristiques, produits lors de l’accouplement du mérou. Les capteurs sont liés à un ordinateur comprenant des fonctions algorithmes très complexes qui décortiquent le bruit, permettant à l’ordinateur d’identifier spécifiquement le mérou.

Ces « oreilles électroniques » sont installées sur des fines lames submersibles qui donnent au drone, l’apparence d’un planeur avec plusieurs paires d’ailes. Celui-ci pèse plus de 400 livres et sa valeur en dollar n’est pas révélée.

La sexualité bizarre du Mérou

Récemment, le drone a scruté une zone autour des îles Vierges américaines. Il a enregistré trois sites que le mérou semble favoriser pour frayer. Il a également prospecté un récif avec un plateau profond au sud des îles de St. Thomas et St. John, ainsi qu’au large de Porto Rico.

La sexualité du mérou n’est pas facile à comprendre. Imaginez donc que ces poissons naissent tous des femelles et se transforment en mâles au cours de leur vie! Mais à quel moment, personne ne sait.

Le drone de FAU, avec toutes ses technologies, peut capter le bruit que produisent les mâles mérous lorsqu’ils défendent leur territoire ou courtisent les femelles prêtes à pondre leurs œufs.

Pour émettre cette résonnance, le mâle mérou contracte ses muscles contre sa vessie natatoire, produisant ainsi un bruit qui résonne comme le battement d’un tambour.

Les chercheurs espèrent déterminer plus précisément combien de poissons existent là-bas, mais aussi en apprendre davantage sur leur comportement dans leur environnement naturel. Le mérou n’est pas reproduit en aquaculture et il est pêché à un rythme insoutenable. Sa population est estimée à moins de 10 % de ce qu’elle était.

Il y a six ans, en réponse à cette crise, l’État de la Floride a rendu illégal de pêcher le mérou durant la saison de fraie (1 janvier au 30 avril), dans les eaux lui appartenant. Mais cette mesure n’est définitivement pas suffisante pour assurer la survie de l’espèce.

Faites votre part, refusez d’acheter du mérou durant sa période de reproduction et évitez à tout prix le gaspillage!

Next article

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

PROTECTION DES LAMANTINS ET DE LA BAIE DE BISCAYNE

AVEZ-VOUS DÉJÀ CROISÉ UN LAMANTIN ? Ils se font de...

REQUINS BLANCS ET RECORD DE CHALEUR

ILS SONT DE RETOUR ! Chaque année, la fin de la...

LE MOIS DES PRÉVISIONS

Une fois de plus, les ornements de Noël scintillent...

LE BRIGHTLIGHT EN ROUTE VERS LA TREASURE COAST

Des résidents de Port St. Lucie ont été impressionnés...