Le tourisme médical… Comment réduire les risques de se faire traiter à petit prix dans d’autres pays

Date:

L’industrie mondiale du tourisme médical a été popularisée au milieu des années 2000. Les gens se sont mis à profiter des vacances à l’étranger tout en recevant des soins de santé dentaire, esthétique ou autre, mais à bien meilleur prix. Le Mexique, les pays d’Amérique Centrale et certains pays de l’Europe de l’Est étaient alors devenus populaires.

L’astuce pour le consommateur, c’est de s’assurer de la qualité, de bien comprendre et de minimiser les risques associés à cette pratique à l’étranger.

Le CDC (Center for Disease Control and Prevention), estime que 750 000 Américains voyagent à l’extérieur du pays à chaque année afin de recevoir des soins médicaux de qualité et à petits prix, en comparaison avec les estimations reçues localement.

Les risques

Les risques spécifiques du tourisme médical dépendent évidemment du pays visité et des procédures effectuées, mais certains problèmes qui s’appliquent dans la majorité des cas, ont été identifiés.

La communication est souvent un problème. Recevoir des soins dans un pays où vous ne parlez pas le langage couramment augmente les chances d’un malentendu entre le patient et le personnel traitant.

La réutilisation d’aiguilles hypodermiques entre les patients est un problème rencontré. D’autres pratiques d’injection à risque ainsi que le partage d’aiguilles peuvent transmettre des maladies telles que l’hépatite et le VIH.

Les médicaments contrefaits et de mauvaise qualité sont plus communs dans les pays défavorisés.

Un risque à considérer, si le besoin d’une transfusion sanguine devenait nécessaire. Dans les pays moins développés, les donneurs sont payés pour leur sang et ils ne se conforment pas nécessairement aux mêmes exigences serrées que l’on retrouve en Amérique du Nord. Leurs banques de sang ont des standards de dépistage des maladies qui diffèrent des nôtres, rendant les patients à risque pour le VIH et autres infections.

Il faut toujours se souvenir qu’un voyage en avion après une chirurgie, augmente les risques de formation de caillot sanguin.

Prévenir pour réduire

Si vous planifiez subir une chirurgie quelconque dans un autre pays, parlez avec le médecin choisi via skype ou facetime, quatre à six semaines avant le voyage afin de discuter des modalités et des risques en relation avec le voyage et la procédure. Posez des questions et inscrivez les réponses.

Soyez certain d’avoir un contrat écrit avec le groupe facilitant les soins. Une définition des traitements, des médicaments et de l’approvisionnement etc.

Déterminez, avant de réserver votre place, quelles sont les actions légales qui peuvent être entreprises si des complications survenaient avec la procédure. Faites des recherches sur les qualifications de votre médecin. Assurez-vous qu’un interprète sera à votre disposition. Obtenez une copie de votre dossier médical si vous avez des allergies ou autres contrindications, ainsi qu’une copie de toutes vos prescriptions.

Finalement, avant de retourner chez vous, obtenez une copie complète de votre dossier médical étranger.

Comme dit l’adage; vaut mieux prévenir que guérir!

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...

ALERTE AUX TORNADES !

Une alerte de tornade a été émise pour le...

QUOI FAIRE OCTOBRE 2022

TOP 3 À VISITER #1 Fort Lauderdale International Boat Show Le salon...