29.5 C
Miami
mercredi, juin 19, 2024

Le piège de la Géorgie

Date:

Une conductrice ontarienne, Emily Nields, a vécu une histoire pas très drôle lors de son retour de la Floride vers le Canada le 27 avril 2018.

Sunset – the sun low above the horizon

Elle préférait emprunter l’autoroute 1-75 dans le comté Cook plutôt que la 1-95. Madame Nields roulait à 87 miles à l’heure dans une zone de 70 quand elle a été interpelée par une policière.
Lorsqu’elle a présenté son permis de conduire ontarien, la policière lui a indiqué que les permis étrangers ne sont pas valides en Géorgie et lui a demandé d’autres papiers d’identification pour démontrer qu’elle était bien Emily Nields, une Canadienne de la province de l’Ontario.
La jeune dame a présenté une copie numérique de son passeport sur son téléphone cellulaire. « Non il faut l’original », a insisté la policière répétant sans cesse « non les permis de conduire canadiens ne sont pas acceptés ». Dans une entrevue à la télévision sur le réseau anglophone de Radio Canada, madame Nields raconte qu’elle était renversée et qu’elle répétait que c’était impossible qu’un permis de conduire canadien ne soit pas valide. La policière a ordonné à madame Nields de sortir de sa voiture, l’a menottée pour ensuite l’enfermer sur la banquette arrière de l’auto-patrouille en attendant qu’une remorqueuse vienne chercher sa voiture pour la mener à la fourrière. Madame Nields a eu le temps d’envoyer une vidéo Snapchat d’elle dans l’auto-patrouille, informant ses amis en pleurant à chaudes larmes de ce qui lui arrivait et les implorant de l’aider. La mésaventure ne s’est pas terminée là. La policière a conduit sa passagère au poste de police où l’on a pris ses empreintes digitales et sa photo, puis on l’a vêtue d’une tenue orange de prisonnière pour ensuite l’enfermer dans une cellule, après l’avoir accusée d’excès de vitesse et de conduite sans permis. On lui a fait savoir qu’elle devait payer une caution de 880 $ dollars plus des frais de 127 $ sans quoi elle resterait en prison jusqu’au 12 juin, date à laquelle elle aurait présumément eu d’autres amendes en plus d’un procès. Madame Nields a dû en plus payer 200 $ dollars pour obtenir sa voiture de la fourrière. Pourtant le site du Bureau des véhicules automobiles de la Géorgie indique clairement que les non-Américains détenant un permis de conduire étranger valide sont autorisés à conduire dans l’État à des fins touristiques et d’affaires, ajoutant que le policier peut consulter le passeport s’il est disponible.
Selon madame Nields, les policiers ciblent cette section de l’autoroute 1-75 croyant que les Canadiens ne reviendront pas contester les frais.
Le comté de Cook a abandonné les accusations quand la CBC les a rejoints pour faire les manchettes avec cette arrestation. Avec comme preuve la vidéo de madame Nields, menottée et pleurant dans l’auto-patrouille qui est devenue virale sur Internet, le comté de Cook avait vraiment l’air d’un misérable piège à touristes ciblant les Canadiens pour financer leur budget.
D’ailleurs, le quotidien Atlanta Journal-Constitution a fait un reportage sur les villes de la Géorgie qui multiplient les arrestations pour gonfler les coffres de leur trésorerie.
La plupart de ces villes longent l’autoroute 1-75.
Alors chers Canadiens, empruntez la 1-95 lorsque vous traversez la Géorgie mais soyez prudent en respectant les limites de vitesse. Ce piège est peut-être utilisé ailleurs dans l’État.

Article suivant

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

Navires et sous-marin nucléaire russes dans le port de La Havane

Un groupe de navires de guerre russes, étroitement surveillés...

LAUDERHILL : MATCHS DE LA COUPE DU MONDE DE CRICKET 

La Coupe du monde de cricket bat son plein...

HALLANDALE : FERMETURE DE LA I-95

De fortes averses mercredi ont provoqué des inondations soudaines...

HOLLYWOOD : OUVERTURE DU « BLOCK 40 FOODHALL » !

Sous un même toit, 10 concepts de nourriture internationale...