Jaie Laplante, Canadien, Directeur du MIFF

Date:

Originaire de la ville de St-Albert dans la province de l’Alberta, Jaie Laplante est directeur et curateur du prestigieux Festival International du Film de Miami (MIFF) depuis 2010. Canadien pas ordinaire, depuis son enfance, le destin l’a dirigé vers étoiles… du cinéma!

Le Soleil de la Floride a eu le privilège de rencontrer Jaie avant la frénésie et l’engouement des préparatifs de l’édition 2017 du MIFF, qui aura lieu du 3 au 12 mars prochain.

On vous invite donc à venir avec nous, derrière le grand écran…

Tout d’abord

« Un festival de film a une mission sérieuse. Il sert à faire découvrir les diverses cultures sur la planète et encourager le développement artistique. De plus, chaque film doit laisser une impression et faire réfléchir » explique Jaie.

Environ 6 000 films sont produits mondialement à chaque année et le mandat de Jaie, c’est d’en trouver un peu plus d’une centaine, dignes d’être découverts par vous, le public. Le MIFF présente 120 productions, divisées en 12 catégories.

Pour arriver à faire un choix, Jaie visionne environ 50 à 60 films par semaine. Il observe tous les aspects qui ont conduit à l’histoire qui se déroule à l’écran; l’origine du scénario, les intentions du message tout en reconnaissant le talent créatif et émergeant des participants.

Les productions qu’il juge les plus propices à intriguer et toucher les cinéphiles sont répertoriées dans les 12 catégories. Puis, avec l’équipe du MIFF, la sélection est finalisée et les heureux retenus sont ensuite invités à participer au festival.

Et c’est parti! Le méchanisme des préparatifs est enclenché. C’est toute une orchestration pour contacter et rencontrer les scénaristes, les producteurs, les directeurs et leurs Stars, céduler les avant-premières, les premières et les après, le marketing, les présentations, les soirées mondaines etc !

La route vers les étoiles…

Si Jaie occupe maintenant ce poste au Festival du film, ce n’est pas par hasard.

À l’âge de dix ans, il était accro de tout ce qui se déroulait sur grand écran dans la ville de St-Albert située au nord-ouest d’Edmonton.

« Pour Noël cette année-là, c’est une copie du livre de la critique de film; Pauline Kael que je voulais. Pas d’équipement de hockey comme tout le monde! J’adorais visionner les films, surtout les analyser. Je voulais ce livre à tout prix! Ma mère me l’a offert et je l’ai dévoré d’un couvert à l’autre.»

À 13 ans, il écrit à l’éditeur du journal de sa localité afin de partager son désaccord avec les écrits du chroniqueur qui signait les critiques de cinéma.

Par la justesse et la maturité des propos dans la lettre, l’éditeur croyait faire affaire avec un expert de grand cru qui savait s’exprimer justement et clairement sur papier. Il n’avait pas tort. Mais il ne s’attendait vraiment pas à ce que son nouvel employé soit un jeune adolescent!

La passion de Jaie n’a fait que grandir, après avoir obtenu un baccalauréat en beaux-arts et production cinématographique de l’Université de York à Toronto, c’est à Los Angeles qu’il fait ses débuts devant et derrière la caméra. Il revient à Toronto l’année suivante pour retrouver son rythme. Il écrit pour divers magazines et produit des événements et s’attaque au scénario et est même en nomination pour un prix Génie au Québec en 2005.

« Mais je suis trop sociable et l’exile qu’exige l’écriture d’un scenario de film ne me convenait pas! » raconte-t-il.

La Floride

En aout 2010, le Miami Dade College le nomme directeur de l’édition 2011 du Miami International Film Festival.

« Je suis chez-nous au MIFF. J’ai toujours aimé l’arrière scène. Connecter les artistes avec l’audience pour leur apporter une expérience cinématographique unique, c’est le plus beau défi pour moi et je ne m’en lasserai jamais! »

Glamour …

Jaie est un gars sans prétention mais il sait très bien comment répandre l’exaltation et entretenir le côté glamour du festival. Tel une carte de mode griffée d’une touche d’excentricité, le directeur porte fièrement des habits stylés qui donnent le ton à ce magnifique festival. La présence de films canadiens/québécois au MIFF est remarquée d’année en année et vous êtes tous invités à participer à cet événement plein d’énergie.

Le succès du MIFF est enrichi pleinement grâce aux notes du curateur si talentueusement pondues par monsieur Laplante. Il était un critique émérite à l’âge de 13 ans, alors imaginez maintenant! Et ses notes sont publiées sur le site Web du festival pour décrire chaque film.

L’analogie de Jaie : « Le MIFF est comme un festival gastronomique, les meilleurs chefs de plusieurs pays sont là, sous un même toit, pour présenter leurs créations. Vous pouvez les rencontrer et peu importe ce que vous choisissez de goûter, les saveurs sont divines et inusitées. »

Alors cinéphiles, faites l’expérience du MIFF du 3 -12 mars!

Toutes les informations sur MiamiFlimFestival.com

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...

ALERTE AUX TORNADES !

Une alerte de tornade a été émise pour le...

QUOI FAIRE OCTOBRE 2022

TOP 3 À VISITER #1 Fort Lauderdale International Boat Show Le salon...