Huard fiévreux

Date:

Le dollar canadien est en souffrance par rapport au dollar US et personne ne peut déterminer quelle sera la durée de sa convalescence. Pour l’instant, la devise américaine vole allègrement avec un marché boursier plus haut que jamais, malgré des élections vivement controversées.

Que le soleil brille ou non, que l’hiver soit rageur ou docile, le facteur qui détermine si les Canadiens viendront en Floride, et pour combien de temps, c’est le nombre de dollars US qui leur reste en poche après avoir fait la conversion.

Est-ce que les Québécois trouveront le huard trop fiévreux pour venir nous joindre au soleil cet hiver?

Double coup de massue : l’or noir et Trump

C’est connu que la valeur du dollar canadien est directement liée au prix du pétrole brut et inversement affectée face à la devise américaine. Le faible prix du baril de pétrole garde présentement la devise canadienne aux environs de 74 -75 cents pour un dollar US.

Certains espèrent que huard divorce de cette relation avec l’or noir. Mais tant que l’Oncle Sam sera le plus gros client du Canada pour son pétrole, la corrélation intime entre le baril de brut et la valeur du dollar CDN versus l’US existera. Même si l’OPEP tente de rationner le surplus de production mondiale, le marché restera faible pour un bout.

La plupart des banques canadiennes s’accordent sur la prédiction de la valeur du huard. Elles font appel à une baisse jusqu’à 71,9 cents au début de 2017 pour renforcer à 73 cents US avant la fin de 2017.

Toutefois, les économistes de Desjardins rapportent que la chute du huard pourrait s’intensifier si la Banque du Canada décidait de baisser son taux.

L’autre épine dans le pied du dollar canadien, c’est le président élu Donald Trump. Son agenda économique et son désir de démantibuler L’ALÉNA risquent de faire planer le huard à 70 cents US.

Même si c’est plus facile à dire qu’à exécuter, c’est toutefois un nuage de brouillard imposé à ce pauvre huard qui est déjà mal en point… La menace de renégocier les modalités des exportations canadiennes aux US ajoute une pression à l’économie du Canada, qui dépend énormément de son plus gros client.

Et pour ajouter à l’incertitude, Trump a déclaré publiquement que Justin Trudeau faisait un travail horrible et qu’il devrait être gêné de porter le titre de Premier Ministre du Canada.

Répercussions en Floride

L’an dernier, malgré un faible dollar canadien, une fois la conversion calculée avec l’index du cout de la vie en Floride, on pouvait dire que ça ne coutait pas plus cher de vivre sous le soleil que dans la neige.

Si la tendance se maintient, ce sera la même chose pour l’hiver 2017. Quelques éléments ont augmenté, par contre, d’autres ont baissé, comme par exemple la nourriture qui a chuté de 3 % en quelques mois, le cout de l’essence et de l’énergie en général etc. Ceci vient stabiliser la balance.

En outre, malgré les turbulences et variations, les vacanciers canadiens en Floride pourront profiter d’un hiver qui ne coutera pas plus cher que l’an dernier.

Reste à voir combien verrons cette équation du même œil.

Save

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

LE DÉPLACEMENT DE MIGRANTS VERS LES DES ÉTATS DÉMOCRATES, AVEC LA FLORIDE EN EXEMPLE.

Aujourd’hui nous recevons monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

IMMOBILIER : CÔTE EST ET SUD-EST DE LA FLORIDE

À votre service, nous recevons aujourd’hui madame Valery Ouellette,...

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...