28.1 C
Miami
jeudi, juin 13, 2024

Elle supervise six magasins de la Salvation Army Une mission qui tient à cœur Lucille Masson

Date:

Comment a-t-elle pu en arriver là? Voici le récit unique et inspirant de Mme Lucille Masson, ayant trouvé refuge en Floride il y a quelques années, et qui supervise six magasins du mouvement international de l’Armée du Salut (Salvation Army), depuis neuf ans.

De son sourire étincelant, elle parle de ses nombreuses péripéties dont la tournure a pris des proportions gigantesques, tout à son avantage. Un retour dans le passé nous indique que Mme Masson a vécu dans la région de Montréal, se lançant en affaires dès l’âge de 21 ans, dans les produits esthétiques.

Après avoir vendu sa compagnie, elle a décidé de prendre un temps de répit en Floride pour une période de trois mois, à l’image de nombre de Canadiens qui font de même. Elle était alors âgée de 36 ans. L’année suivante, elle revenait dans la Sunshine State, pour s’y établir.

 

Défi de taille

D’une boutique d’antiquités à l’organisme GoodWill, la voilà maintenant, plusieurs années plus tard, au poste de commissaire pour les six magasins de la Salvation Army du comté de Broward, soit Fort Lauderdale, Pompano Beach, Hollywood, Margate, Pembroke Pines et celui de Tamarac. Un défi de taille qui la passionne depuis déjà neuf ans. Elle insiste sur le fait que ce sont le major Henry Hudson et sa conjointe Debby qui administrent les activités dans Broward, dont la mission est soutenue par l’église chrétienne. « Je n’aurais jamais pu imaginer que le destin me serait ainsi favorable, dans une démarche où donner constitue mon principal objectif face à notre clientèle », soutient Mme Masson. Elle insiste sur le fait que leurs actions doivent faire la différence dans la vie des gens qui les préoccupent.

 

Drogue et alcool

Elle cite, au passage, la vie d’une centaine de personnes ayant notamment des problèmes d’alcool et de drogue, qui sont admises au centre de la Salvation Army à Fort Lauderdale. Ces personnes sont en réhabilitation, travaillent de façon bénévole, jusqu’à la guérison ou capable de se reprendre en main. Au maximum, elles peuvent demeurer pendant un an.  Des services sociaux sont aussi offerts pour les familles en détresse, monoparentales et autres.

Énergique, aux ressources qui paraissent inépuisables, Lucille Masson déborde parfois de ses tâches coutumières, remplaçant un employé ou une personne bénévole absente. Elle se veut disponible, attentive et attentionnée, motivant ses troupes. « Nous travaillons tous pour une bonne cause, que je répète souvent. Notre succès repose sur la générosité des gens. Tout le matériel dans nos magasins nous a été donné. C’est formidable ».

 

Article suivant

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

LAUDERHILL : MATCHS DE LA COUPE DU MONDE DE CRICKET 

La Coupe du monde de cricket bat son plein...

HALLANDALE : FERMETURE DE LA I-95

De fortes averses mercredi ont provoqué des inondations soudaines...

HOLLYWOOD : OUVERTURE DU « BLOCK 40 FOODHALL » !

Sous un même toit, 10 concepts de nourriture internationale...

VISITE DE LA SSI

Vous êtes invités à monter à bord de la...