Objectif éliminatoires

Date:

Les Panthers se doivent de commencer la saison avec un meilleur bilan que lors des dernières années.

L’an passé, à leurs 14 premiers matchs, ils avaient récolté 15 points sur une possibilité de 28. Pas si mal. Malheureusement, ils s’étaient inclinés cinq fois en prolongation ou en tir de barrage. C’était le côté sombre de leurs débuts et cela s’est répété, tout au long de leur calendrier.

Ces points perdus leur ont coûté une place en série.

En octobre, ils disputent six de leurs 11 rencontres à domicile, dont six contre des équipes qui normalement devraient terminer derrière eux, en avril.

Samedi à Sunrise, ils ont connu le meilleur match inaugural de leur histoire lessivant Philadelphie 7 à 1. Ne partons pas en peur.

Hier (lundi) ils rendaient la politesse aux Flyers, ce soir (mardi) ils seront en Caroline et jeudi à Buffalo.

Ces adversaires, ils doivent les vaincre à tout prix.

Sur papier, cette équipe possède les éléments pour enfin briser ce triste bilan de seulement quatre présences en éliminatoire, en 21 ans d’existence et une fois en 13 ans.

On comprend le peu d’engouement des amateurs. Ils étaient plus de 19 000 samedi mais à prix-rabais. Un tel match devrait leur donner le goût.

Pour atteindre les séries, les astres devront s’aligner. Ça ne sera pas de la tarte.

Les espoirs de cette équipe reposent sur plusieurs facteurs.

Possède-t-elle tout ce qu’il faut pour enfin atteindre le cercle d’honneur, où tant de contraintes se dressent sur le chemin de 82 parties?

On n’aura pas besoin d’attendre très longtemps pour le savoir. Suffira de regarder de quelle façon Gerard Gallant et sa troupe entreprennent les hostilités.

Une chose que l’on sait, c’est que l’un de leurs meilleurs outils cette saison sera la vitesse. Cet aspect leur vaudra plusieurs victoires.

L’an dernier, la première période et leur retard dans un match ont été dévastateurs. Au cours des premiers engagements, ils ont accordé 59 buts contre 41 et leur fiche a été de 3-18-6 lorsqu’ils tiraient de l’arrière. Misère.

Samedi, ils ont marqué leurs quatre premiers buts en six minutes 46 secondes, une nouvelle marque dans leur histoire.

Une saison est pleine d’imprévus.

Comme tous les autres, les Panthers restent vulnérables aux blessures. Cette réalité devient très souvent le cauchemar d’une équipe. Si l’un des doués de la Floride devait être au rancart pour une longue période, cela pourrait leur être néfaste.

Depuis des années, l’espoir n’a jamais été aussi palpable. Mais il faudra plus que cela. L’an dernier, les Panthers ont récolté 25 points de plus que la saison précédente et ils bataillaient toujours pour une place au 79ème match.

Ils ont terminé la saison sur les chapeaux de roues avec 25 points sur une possibilité de 40. Ce bilan coïncidait avec l’arrivée de Jaromir Jagr. Malheureusement, en cette fin de calendrier, la blessure à Nick Bjugstad a coûté cher.

La culture

Roberto Luongo explique comment il voit les choses.

« Un changement d’attitude s’est installé dans notre vestiaire. Nous avons changé la culture de perdant qui planait depuis des années. La saison passée les gars ne venaient plus ici en se contentant de s’amuser mais en croyant sans cesse que nous pouvions gagner à tous les soirs. Et cela doit rester ainsi. »

On le sait, on l’a répété, Dale Tallon a poursuivi le virage jeunesse. Il voulait une formation plus rapide. Reilly Smith, Quinton Howden, Connor Brickley et Rocco Grimaldi apporteront cet élément.

Le succès des Panthers reposera énormément sur les performances du premier trio Huberdeau-Barkov-Jagr. Jagr rendra ses deux compagnons meilleurs, eux qui ont explosé à son entrée. Il faut compter tout autant sur Bjugstad qui sera au centre de Pirri et Smith. Et la ligne Trocheck-Bolland-Jokinen permet aux Panthers de compter sur trois trios productifs.

Pour sa part, Roberto Luongo, le meilleur des siens l’an passé, ne pourra se permettre la moindre défaillance, ni absence, parce que son adjoint, Al Montoya, n’est pas fiable.

En 2014-2015, cette équipe a été misérable en prolongation avec 15 défaites. Un remède de cheval est nécessaire.

Le supplice a été tout aussi douloureux en infériorité numérique avec une triste 24ème place. Un correctif presse là aussi. Avec tout son talent, cette équipe améliorera ses faiblesses.

À part les blessures, aucune bonne raison ne peut empêcher les Panthers de faire un autre saut en avant, suffisamment pour mériter une place en série.

Parmi les joueurs du « top 6 » on pourrait compter sur un marqueur de 30 buts, en Brandon Pirri, et quatre de 20 buts parmi les Huberdeau, Bjugstad, Smith, Jagr Barkov ou Trocheck.

Toutes ces possibilités restent sur papier.

C’est sur la glace que se joue un match de hockey. Les Panthers devront en faire la démonstration.

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...

ALERTE AUX TORNADES !

Une alerte de tornade a été émise pour le...

QUOI FAIRE OCTOBRE 2022

TOP 3 À VISITER #1 Fort Lauderdale International Boat Show Le salon...