Info Express:

  • La bataille des devises

  • Présentation des maillots de bain 2018!

  • La crise des opioïdes empire!

Bien que le flamant rose soit un emblème iconique qui colle à l’image de la Floride, il n’y a malheureusement aucune chance d’observer leur splendeur lorsqu’ils s’envolent à l’horizon. Leur population a été réduite à néant.

L’espoir de les revoir dans l’État a germé de nouveau lorsque des ornithologues ont repéré un certain nombre de ces oiseaux majestueux et colorés, en visite dans une partie de l'écosystème des Everglades. Peut-on rêver du retour des flamants roses?

 

Le sacrilège

Des centaines de milliers de flamants d’Amérique hivernaient jadis dans les climats tropicaux des zones côtières du Sud de la Floride.  Victimes de leur beauté, leur population a été anéantie pour la récolte de leurs plumes qui embellissaient chapeaux, collerettes et vêtements des plus riches du continent.

Depuis la fin du règne des flamants dans l'État du soleil, il nous faut visiter les centres de conservation de la nature ou les jardins zoologiques pour les voir de près. 

Vers 2013, un certain nombre de ces oiseaux, faciles à reconnaître, ont été repérés dans une partie de l'écosystème des Everglades, au centre de l’État. Ils se prélassaient dans une installation de traitement des eaux; la Stormwater Treatment Area 2 (STA2), pour être précis. 

Cette zone humide de 9 000 acres a été construite pour éliminer les excès d'éléments nutritifs de l'approvisionnement en eau, et sert également à fournir un refuge pour les oiseaux. L’arrivée des flamants a été un choc pour beaucoup, car ils sont souvent considérés comme non migrateurs. 

 

La grande question

«Ils continuent de revenir chaque année», explique Mark Cook, scientifique en charge de l'évaluation de gestion des eaux du Sud de la Floride. Ce qui l'étonne, c’est que ces oiseaux reviennent à chaque année dans cette zone d'eau douce en plein centre de l'État, à environ 100 milles au nord-ouest de leur berceau d’origine en Floride.

Tous s’interrogent sur leur provenance. Sont-ils des évadés ou des oiseaux sauvages? Il est possible qu'ils se soient enfuis de la population tenue captive depuis les années 50 au Hialeah Racetrack, dans le comté de Miami-Dade? Il est aussi possible qu'ils aient migré des Bahamas ou du Mexique?

Pour élucider le mystère, les scientifiques et les biologistes du Service des parcs nationaux et du zoo de Miami, essaient d’installer des émetteurs satellites sur les ces oiseaux flamboyants et fragiles, afin de suivre leur parcours. Mais la tâche s’avère assez ardue, voire impossible dans ces circonstances. Ce que l’on sait, c’est qu’en 2014, le groupe découvert comprenait 147 têtes. L’année suivante, seulement huit flamants sont revenus. En 2016 et encore cette année, le groupe est estimé à une trentaine d’individus qui se rassemblent au même endroit. Sa population semble renaitre.

 

En visite?

Entre temps, les inconditionnels observateurs d’oiseaux ont eu vent de l’histoire, et le Département de l’aqueduc a fait appel à l’Audubon Society pour organiser des visites d’observation des flamants. 

Ces « birdwatchers » viennent de partout au monde et la liste d’attente est longue. L’an dernier les demandes sont venues des Pays-Bas, de l'Allemagne, du Portugal et du Canada. Plus de 620 d’entre eux ont participé à une douzaine de voyages organisés entre mars et mai. 

Le programme s’avère extraordinaire pour comprendre les us et coutumes de ces oiseaux magnifiques. Les observations ont confirmé beaucoup de parades amoureuses et la ponte de 11 œufs! En plus, tout porte à croire que les flamants roses s'accouplent pour la vie. 

 

 

Seront-ils de retour l’an prochain? On l’espère sincèrement car après tout, Miami sans les flamants, c’est comme la Floride sans le soleil !