30 C
Miami
mercredi, juillet 17, 2024

Les raies géantes océaniques de Floride

Date:

Il existe plus de 500 espèces de raies dans le monde vivant dans les eaux océaniques tropicales, subtropicales et tempérées. Et les reines incontestées sont les raies géantes, et tout particulièrement les raies Manta, qui visitent la Floride. 

Pendant longtemps, les scientifiques ont pensé qu’il n’existait qu’une seule espèce de raie Manta, mais depuis peu, il a été mis en évidence, grâce à des test ADN, qu’il existait en fait deux espèces distinctes et depuis 2017; on parle de la raie Manta de récif (Mobula alfredi), qui a tendance à vivre le long des côtes du bassin Indo-Pacifique, et de la raie Manta océanique (Mobula birostris), qui vit dans tous les grands océans du monde et passe la majeure partie de sa vie loin des côtes et que l’on retrouve en Floride.

Des animaux marins qui fascinent

Depuis toujours, l’homme a été à la fois émerveillé et intrigué par cet animal marin qui peut peser jusqu’à 1,8 tonne avec une impressionnante envergure comparable à des ailes d’environ trois mètres de large en moyenne pour les plus petites et de sept à neuf mètres pour les plus grandes.

Le nom « Manta », que les marins espagnols leur ont donné en désignant une couverture ou un manteau. Cela décrit assez bien l’aspect du corps de ces animaux large et plat qui leur permet non seulement de fendre l’eau avec une grâce sans pareille, mais aussi de donner l’impression de voler dans les airs quand ils sautent complètement hors de l’eau, parfois jusqu’à deux mètres au-dessus de la surface.  

Une intelligence animale au-dessus de la moyenne

Les chercheurs étudiant les poissons à sang froid ont mis en évidence que les raies Manta ont le plus grand rapport taille-cerveau de cette catégorie animale. Elles sont capables, comme les dauphins, les primates et les éléphants, de se reconnaître dans un miroir, une capacité indiquant une fonction cognitive élevée. Elles sont capables d’élaborer des techniques créatives pour se nourrir comme se regrouper et se suivre en cercle, pour créer un effet cyclonique et piéger la nourriture dans une spirale tout en nageant la bouche grande ouverte, aspirant par filtration le zooplancton et le krill.

De plus, elles ont une mémoire à long terme très développée leur permettant d’élaborer mentalement des cartes de leur environnement grâce à des repères olfactifs et visuels.

Les recherches de la Florida Atlantique University (FAU)

Les eaux maritimes de la Floride sont connues pour être un habitat naturel où l’on retrouve fréquemment des raies Manta géantes (Mobula birostris) et des raies aigles à points blancs (Aetobatus narinari – Whitespotted Eagle Ray en anglais), et depuis de nombreuses années, les autorités responsables se sont inquiétées de mettre en place une gestion efficace de ces espèces et de la nécessité de recueillir des informations sur leur répartition et leur abondance.

C’est ainsi que des chercheurs de la FAU ont mené, de 2014 à 2021, une étude (financée par la Fondation Colgan) unique en son genre dans le Sud-est de l’État en utilisant des relevés aériens pour quantifier l’abondance spatiale (latitude) et temporelle (mois, année) de ces deux espèces de raies géantes. Pendant ces sept années, 120 vols d’observation ont été réalisés le long de la côte Atlantique, de Miami à Jupiter Inlet.

Les résultats, publiés dans la revue Environmental Biology of Fishes, ont montré que l’une ou les deux espèces ont été vues à presque tous les vols (97,5 %), les raies Manta géantes étant plus abondantes dans le Sud et les raies aigles à points blancs se trouvant tout le long de la côte. Au cours de la période d’étude, les raies aigles à points blancs n’ont montré aucune différence saisonnière d’abondance, tandis que les raies Manta géantes étaient plus abondantes pendant les mois de décembre et février. Des résultats qui permettent, selon Stephen Kajiura, Ph.D., auteur principal et professeur de sciences biologiques au FAU Charles E. Schmidt College of Science, de penser que ces deux populations de raies sont stables dans la région. 

De façon générale, les données de cette étude apportent une meilleure connaissance de leur répartition saisonnière et de leur abondance et aideront à identifier et à protéger les zones d’habitat clés, ainsi qu’à gérer efficacement ces deux espèces de raie géantes de la Floride.

D’autre part, selon les co-auteurs de l’étude (Jordan M. Waldron, doctorant au département des sciences biologiques de la FAU au sein du Charles E. Schmidt College of Science, et Michael McCoy, Ph.D., professeur agrégé d’écologie quantitative à l’Institut océanographique FAU Harbor Branch), aucune des deux espèces ne semble être dérangée par la plus grande densité des populations humaines à Fort Lauderdale et Miami, même si lors de leur déplacement, leur grande taille les rend vulnérables aux blessures dues aux interactions humaines, aux hélices de bateau et à l’enchevêtrement avec des engins de pêche.

Les raies géantes Manta, une espèce animale protégée

Il faut savoir que le principal prédateur de ces raies géantes est l’homme, car en raison de sa grande taille et de sa vitesse de fuite pouvant atteindre 24 km/h en cas de danger, elles ont très peu de prédateurs naturels qui pourraient leur infliger des blessures fatales. Seuls les grands requins et certains dauphins sont capables de s’attaquer aux raies géantes et il est courant de voir des cicatrices de morsures sur une grande majorité d’individus adultes. 

Cela dit, comme beaucoup d’espèces animales, la raie géante Manta (Mobula birostris) et la raie aigle à points blancs (Aetobatus narinari) sont en déclin rapide dans le monde, principalement à cause d’une surpêche due aux besoins alimentaires d’une population humaine mondiale qui est passée de 2,6 milliards en 1950 à plus de 8 milliards en 2024. 

Aujourd’hui, ces deux espèces sont considérées comme étant en danger de disparition. Elles sont répertoriées dans le monde par l’International Union for Conservation of Nature et dans les eaux de la Floride, par l’United States Endangered Species Act. 

Sources

https://www.fau.edu/newsdesk/articles/aerial-surveys-rays.php

tps://en.wikipedia.org/wiki/Giant_oceanic_manta_ray

https://www.divessi.com

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

CHALEUR EXTRÊME ET CERTAINS MÉDICAMENTS : COMBINAISON RISQUÉE

WLRN a rapporté que la chaleur extrême, que nous...

QUOI FAIRE CE WEEK-END

Comme toujours, une foule d’activités à faire à MIAMI–FORT...

NOUVEAU SLOGAN SUR LES PANNEAUX DE BIENVENUE EN FLORIDE

Selon le Département des Transports de Floride (FDOT), un...

AVIS DE CHALEUR ET DEUX CAS DE DENGUE

FLORIDA KEYS : Deux cas de dengue contractés localement ont été...