Cette section ne contient actuellement aucun contenu. Ajoutez-en en utilisant la barre latérale.

Image caption appears here

Add your deal, information or promotional text

MERCI SUPER MIKE !

La nouvelle est tombée dimanche midi.
Avec l’effroi et la lourdeur d’un avion qui s’écrase sur le tarmac après un
improbable décollage raté.
Mike Bossy est aux soins palliatifs selon les collègues de la Poche Bleue. Il n’en n’aurait plus que pour quelques jours à vivre.
Que quelques heures de conscience pour dire adieu à son épouse Lucie, à ses deux enfants, à sa famille et à ses fans.
Il a eu seulement 65 ans le 22 janvier mais un fulgurant cancer du poumon l’a sorti du vestiaire de la vie.
Super Mike ne reviendra plus jamais pour enseigner comment marquer un but dans un trou de souris. Bien que ça ne s’enseigne pas ces choses-là.
C’est un don naturel comme un ventriloque chante comme un ténor sans presque remuer les lèvres. Comme un magicien sort un lapin du chapeau le temps que vous clignez des yeux.

Bossy fut le premier à faire sauter la marque de 50 buts en 50 parties que détenait Maurice Richard au début des années 80. Le Rocket lui avait tordu les ouïes le jour où il s’est fait photographier à ses côtés, après que Mike eut fracassé son envieux record.
Mais c’était beaucoup plus pour le taquiner. Parce que le Rocket aimait sa personnalité, son humilité, son sens de l’honneur et son humour parfois au vitriol. Comme vous. Comme moi.
Mike a réussi partout où il est passé après avoir remporté la Coupe Stanley quatre fois de suite en dix ans de carrière.
Malgré un timbre de voix parfois casse oreilles qui ne ressemblait en rien aux gens du Radio-Canada au complet bleu poudre, Bossy avait réussi à se donner un style de franc parler à TVA Sports.
Lui, il ne couchait pas avec le Canadien avec qui il aurait pu faire carrière si un jour après ses années avec le National de Laval dans la LHJMQ, le Prof Caron ne l’avait pas renié au repêchage parce qu’il était, semblait-il, trop frileux quand il allait jouer contre les intimidants Castors dans la bouilloire à Sherbrooke.
Bossy fut un homme entier autant sur la patinoire que dans un studio de télévision.
Il aura bien des choses à raconter à son ami, agent et mentor Pierre Lacroix quand il franchira bientôt les deux lignes bleues le menant au grand filet du paradis !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Search