Cette section ne contient actuellement aucun contenu. Ajoutez-en en utilisant la barre latérale.

Image caption appears here

Add your deal, information or promotional text

CHAMPLAIN TOWERS NORTH

Des supports structuraux temporaires ont été ajoutés dans le garage souterrain de l’édifice à condo Champlain Towers North, sept mois après que sa tour jumelle se soit effondrée au beau milieu de la nuit.

Les propriétaires de condominiums avaient été rassurés que leur édifice était structurellement solide l’été dernier. Pourtant, un étaiement a été installé il y a deux semaines. Selon un avis, émis le 19 janvier par le conseil d’administration aux propriétaires d’unités, les supports ont été mis en place « avec beaucoup de précaution et demeureront jusqu’à ce que les colonnes soient renforcées ». 

L’édifice de 12 étages en bord de mer, construit en 1981, présente un design presque identique à celui de l’édifice Champlain Towers South, qui s’est effondré le 24 juin dernier, tuant 98 personnes. Bien que la cause officielle de l’effondrement demeure indéterminée, l’enquête du Miami Herald avait révélé qu’une combinaison de facteurs, dont une faible conception, une construction de mauvaise qualité et une dégradation prématurée du bâtiment, ont ensemble créé un effet domino mortel.

En novembre 2021, la ville de Surfside avait payé à la société KCE Structural Engineers, environ un million de dollars pour effectuer des travaux d’enquêtes et des inspections du bâtiment. 

 

MIAMI DOLPHIN : PROPRIÉTAIRE DANS L’EAU CHAUDE 

Récemment remercié de ses fonctions, Brian Flores, l’ancien entraîneur de l’équipe de football les Dolphins de Miami, a fait des allégations potentiellement explosives dans son procès pour discrimination raciale contre la NFL et les Dolphins. 

L’une des plus étonnantes était l’accusation selon laquelle le propriétaire de l’équipe, Stephen Ross, aurait offert à Flores 100 000 $ par partie perdue au cours de la saison 2019 dans le but d’obtenir une position no 1 au repêchage. Il y aura, lors du procès, des preuves pour corroborer ces allégations, des témoins, des échanges de courriels et des messages textes. 

Miami a renvoyé Flores le mois dernier après trois saisons, dont des saisons gagnantes consécutives en 2020 et 2021-22. Flores a déclaré qu’il croyait que son manque de coopération en 2019, a pavé la voie vers son licenciement.

Flores n’aurait jamais accepté les paiements, qui se seraient élevés à 1,1 million de dollars après que les Dolphins aient perdu 11 matchs en 2019, dépassant les attentes alors qu’ils commençaient l’année avec sept défaites consécutives.

Miami s’est finalement retrouvé avec le choix n° 5 au repêchage en 2020 et a sélectionné le quart-arrière Tua Tagovailoa. Les Bengals de Cincinnati ont décroché le premier choix et repêché le quart-arrière vedette Joe Burrow, qui a conduit les Bengals au Super Bowl dimanche dernier.

De toute évidence, l’administration des Dolphins nie avec véhémence toute allégation de discrimination raciale et affirme qu’elle est fière de la diversité et de l’inclusion au sein de l’organisation.

Le nouvel entraîneur, Mike McDaniel, a quitté San Francisco pour débuter son nouvel emploi à Miami.

 

SPIRIT SE FUSIONNE À FRONTIER 

Le transporteur aérien Spirit Airlines, dont le siège social est situé à Miramar dans le comté de Broward, vient de se fusionner à Frontier Airlines, basé à Denver au Colorado.  

La transaction de 6,6 milliards de dollars doit être approuvée par les régulateurs fédéraux. Les deux transporteurs se spécialisent en destination à bas prix/à la carte. Les sociétés ont annoncé que Frontier serait l’actionnaire majoritaire, contrôlant 51,5 % des actions, tandis que Spirit en contrôlerait 48,5 %. Mais on ne sait pas encore quel impact la fusion aura sur les plus de 3 400 employés de Spirit du Sud de la Floride.

Cet accord fera de Frontier Airlines la cinquième plus grande compagnie aérienne aux États-Unis alors que les deux entreprises cherchent à élargir le marché ultra-low-cost. Environ 29 % des destinations de Spirit se trouvent dans les Caraïbes et en Amérique latine, tandis que Frontier dessert une longue liste de villes américaines non visitées par Spirit.  

En 2020, en raison de la pandémie de COVID-19, Spirit Airlines a reçu 334 millions de dollars d’aide sous forme de subventions et de prêts via le Coronavirus Aid, Relief and Economic Security Act (CARES); l’argent a été utilisé pour financer les employés jusqu’au 30 septembre 2020. En juillet de la même année, l’entreprise a annoncé qu’elle mettrait à pieds 20 à 30 % de ses employés en octobre. En août, certains pilotes avaient accepté de prendre un congé volontaire ou de voir leur horaire de travail temporairement réduit pour éviter des licenciements.

Au 8 février 2022, selon son site Web, Spirit comptait 81 postes vacants dans ses bureaux de Miramar, 16 autres à l’aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood et quatre à l’aéroport international de Miami.

 

 

« THE DIGNITY ACT »  AUSSI POUR LES CANADIENS ?

La représentante républicaine de Miami, Maria Elvira Salazar, a présenté la semaine dernière un projet de loi qui mettrait en place un nouveau programme de résidence légale pour des millions d’immigrants sans papiers.

Ce projet de loi intitulé The Dignity Act, s’il était approuvé, enclencherait un processus accéléré pour les demandeurs d’asile, et mettrait sur pied un nouveau programme vers la résidence légale aux immigrants sans papiers qui vivent et travaillent depuis longtemps aux États-Unis. Cela s’adresse autant aux latinos qu’aux Canadiens. 

Cette nouvelle loi apporterait de nombreux autres changements au système d’immigration, y compris des mesures pour renforcer la sécurité aux frontières.   

Madame Salazar a déclaré que son projet vise à stopper simultanément la nouvelle immigration illégale et à donner de la dignité aux personnes sans papiers qui résident déjà aux États-Unis.  

 

 

CUBA : MIGRATION MARITIME 

Le mardi 8 février dernier, dix migrants cubains ont échoué leur bateau de fortune dans les Florida Keys. Moins d’une semaine auparavant, la Garde côtière américaine annonçait en avoir sauvé dix autres sur un bateau en train de couler au large de Key Largo. 

« Ils n’avaient pas de gilets de sauvetage ni d’équipement de sécurité », déclarait le commandant Shawn Koch de l’US Coast Guard Air Station Miami, dans un communiqué publié sur Twitter. « Si les gardes côtiers ne les avaient pas trouvés lors de la patrouille, ces personnes n’auraient pas survécu à la nuit. » 

Les deux incidents font partie d’un pic de migration maritime en provenance de Cuba et d’Haïti alors que le climat économique et politique dans les deux pays continue de se détériorer. Plusieurs de ces traversées se sont révélées tragiques récemment. On se rappelle de l’incident survenu à la fin janvier, où un bateau surchargé avec 40 personnes de différents pays à bord, s’est renversé lorsqu’il était en direction de Fort Pierce Inlet. Cinq corps ont été retrouvés et une personne a survécu. Les 34 autres sont présumées mortes par noyade.

L’U.S. Immigration Agency comptabilise le nombre de migrants par voie maritime du 1er octobre au 30 septembre de l’année suivante. Durant les quatre derniers mois, le nombre de personnes essayant d’atteindre désespérément les États-Unis par bateau se chiffre à 700 alors que pour les 12 mois précédents, ils étaient 838.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Search