Une élection imprévue au Québec

Date:

Le verdict des Québécois à l’endroit du Parti libéral (PLQ) de Philippe Couillard a été brutal.

Il l’a été tout autant pour le Parti québécois (PQ).

 

Les francophones ont, dans une certaine mesure,  évacué de l’échiquier politique les deux partis traditionnels pour donner la place à deux jeunes entités que sont la Coalition Avenir Québec (CAQ) et Québec Solitaire (QS).

 

La culbute imprévue du PLQ et du PQ a entraîné la démission de leurs chefs Philippe Couillard et Jean-François Lisée, ce dernier défait dans son comté.

 

Le Parti Libéral a, à toute fin utile, été balayé de la carte provinciale conservant la forte majorité de ses  circonscriptions anglophones et allophones de la région de Montréal. À peine est-il représenté dans le reste de la province.

 

Le recul du PLQ est extrêmement sévère passant de 70 sièges à seulement 38, avec un pourcentage de votes de 24,7 %, la pire performance de toute son histoire.

La dégringolade du PQ est aussi funeste, sa députation ayant été écorchée de 21 membres pour terminer au dernier rang des quatre principaux partis avec seulement neuf candidats élus.

La récolte de 52 circonscriptions de la CAQ, qui en détenait déjà 22, se veut surtout un vote de protestation contre les libéraux qui ont gouverné dans une austérité douloureuse pour les moins nantis avant de promettre plein de cadeaux durant la campagne électorale, promesses rejetées par la population.

 

Ce parti aura une montagne à gravir pour redorer son blason, particulièrement auprès de la clientèle francophone de qui elle a dû se contenter d’un mince appui de 17 % lors du scrutin.

C’est la première fois depuis 1966 que le Québec ne sera pas dirigé par un gouvernement libéral ou péquiste. Rien ne laissait prévoir ce tsunami de la CAQ, les nombreux sondages ratant totalement leur cible.

 

Les sondeurs se sont fourvoyés en prévoyant un coude à coude entre la CAQ et le PLQ alors que la Coalition a obtenu cinq points de pourcentage de plus que prévu, tandis que les libéraux se contentaient de 24,75 % des votes, cinq points de moins que ce que prédisaient les sondages.

 

On ne trouve aucune explication à ce dérapage des sondeurs.

 

Le pourcentage d’indécis était particulièrement élevé à quelques heures de l’ouverture des bureaux de votes. Tout indique que ce que l’on appelle la prime à l’urne a favorisé cette fois la CAQ alors qu’habituellement cette tendance favorisait les libéraux.

 

« Les Québécois ont fait l’histoire » ont été les premières paroles du nouveau premier ministre après sa victoire.

 

François Legault a multiplié les promesses au cours de la campagne électorale, dont la maternelle à 4 ans, trente maisons pour les aînés d’ici 2038, une allocation familiale de 1 200 $ pour les 2ème et 3ème enfants, la rénovation des écoles et la baisse du nombre d’immigrants de 50 000 à 40 000 par année.

 

Reste maintenant à voir ce que réalisera de tout ça le nouveau premier ministre du Québec fort d’une députation de 74 membres.

 

Previous articlepage a suuprimer 1
Next articleHOROSCOPE 11 MARS

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...

ALERTE AUX TORNADES !

Une alerte de tornade a été émise pour le...

QUOI FAIRE OCTOBRE 2022

TOP 3 À VISITER #1 Fort Lauderdale International Boat Show Le salon...