26.8 C
Miami
lundi, juillet 22, 2024

QUE FAIRE DES ALGUES SARGASSES ?

Date:

Un tsunami d’algues sargasses menace les côtes de la Floride et leur trop grande quantité devient la nouvelle norme. Leur présence n’est pas nouvelle, c’est la quantité qui l’est.

La gestion de ces algues devient de plus en plus critique. Bien que la collecte soit organisée, il reste le problème de leur traitement et de leur valorisation.

Les difficultés de la valorisation

Biomatériaux, énergie, transformation en charbon actif, tout cela est à l’étude. La seule valorisation qui est faite pour le moment est le co-compostage. La forte teneur en sel et la forte concentration en arsenic empêchent un compost 100 % sargasse. C’est aussi ce qui empêche son épandage agricole. Sa composition chimique rend également impossible pour le moment sa transformation en méthane. La sargasse est très difficile à défaire.

Le surintendant des parcs de Fort Lauderdale, Mark Almy, a déclaré que la ville utilise le compostage pour valoriser les algues. Lorsque le processus est terminé, le sol obtenu est utilisé pour la plantation dans les parcs et le long des grands boulevards de Fort Lauderdale.  

Des scientifiques sont toutefois inquiets de ce processus de valorisation et craignent que l’eau souterraine ne soit contaminée par le phénomène de lessivage dû aux concentrations élevés de toxine, dont l’arsenic, dans les algues sargasses. 

Compte tenu qu’un record est établi à chaque année, et cela depuis cinq ans, quant à la quantité d’algues sargasses dans l’océan et sur les côtes, la recherche sur sa valorisation s’accélère. 

Le projet CORSAIR, né d’une collaboration entre Claire Hellio, professeure à l’Université de Bretagne, et Paule Salvin, maître de conférences à l’Université des Antilles, en est un exemple. Ce projet a pour objectif de mesurer les impacts des échouages de sargasses sur les côtes et aussi d’identifier différentes voies de valorisation de cette biomasse.

Leur recherche a permis de savoir que les algues sargasses produisent naturellement des molécules bioactives, ayant des propriétés anti-colonisatrices qui leur permettent de se protéger contre leur environnement. La production de ces importantes molécules s’arrête lorsque ces algues échouent sur les côtes, se dégradent et font place à l’émission de soufre. L’enjeu pour la valorisation des sargasses est donc d’extraire les molécules bioactives pendant qu’elles sont présentes pour les transposer sur des surfaces qui deviendraient ainsi résistantes à toute colonisation. C’est toute l’industrie marine et côtière qui bénéficierait de ces molécules anti-colonisatrices puisque ces dernières réduiraient la dégradation des matériaux. Ce projet a permis la création d’un consortium multidisciplinaire.

La variété des projets de valorisation est grande. Certaines recherches étudient la transformation des sargasses en produits pharmaceutiques, d’autres étudient la fabrication de farine alimentaire, d’autres sont orientées vers la production de biogaz et d’autres essaient de développer des produits agricoles. 

Mais un problème est récurent : notre lecture de la littérature sur les recherches en cours montre que la forte présence de l’arsenic pose une difficulté majeure dans tous les projets scientifiques de valorisation des algues sargasses. Les défis sont donc encore très grands et les résultats peu concluants pour le moment.

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

QUOI FAIRE CE WEEK-END

MIAMI-DADE / BROWARD / PALM BEACH 19 JUILLET SUMMER IN THE...

Dernière chance !

Ce samedi 20 juillet est la dernière chance de...

CHALEUR EXTRÊME ET CERTAINS MÉDICAMENTS : COMBINAISON RISQUÉE

WLRN a rapporté que la chaleur extrême, que nous...

QUOI FAIRE CE WEEK-END

Comme toujours, une foule d’activités à faire à MIAMI–FORT...