Propriétaire des Dolphins Stephen Ross et le gigantisme

Date:

Stephen Ross est l’une des personnalités les plus connues ici en Floride. Depuis huit ans, il est le propriétaire des Dolphins de Miami, l’équipe de football de la LNF qui s’est taillé une place dans les éliminatoires pour la première fois depuis 2008.

Mais Monsieur Ross n’attendait après cela pour renflouer ses goussets. Il est très riche. Selon Forbes sa fortune est évaluée à près de sept milliards de dollars.

Ce que l’on sait moins de lui, c’est qu’il est l’un des plus importants développeurs immobiliers de tout le pays.

Et là, il vient de frapper le grand coup. Stephen Ross construit, au-dessus d’une gare de triage à Manhattan, New York, le plus grand complexe jamais vu à la grandeur des États-Unis.

Une affaire de plusieurs milliards de dollars où les gratte-ciel pousseront comme des champignons, sur une superficie gigantesque. Cette réalisation sort de l’ordinaire, non pas uniquement pour les montagnes de dollars injectées, mais pour l’incroyable audace que montre Ross dans cette fabuleuse aventure.

C’est que pour soutenir toutes les immenses tours, maisons, école, restaurants, boutiques et édifices à bureaux, il faudra d’abord construire une plate-forme qui dépasse l’entendement, pour couvrir toute la gare de triage, laquelle deviendra alors souterraine.

L’endroit deviendra le Hudson Yards

Ce site devait être celui d’un stade olympique pour les Jeux de 2012. Mais le rêve s’est terminé lorsque la candidature de Londres a été retenue. Seize gratte-ciel seront alors assis sur cette plate-forme en plus d’un hôtel, de 5 000 résidences abordables et de luxe. C’est plus de six millions de pieds carrés qui serviront pour des bureaux d’entreprises, et 750 000 autres pour des commerces, restaurants et un hôtel.

Ce sera la plus importante transformation d’un site aux États-Unis depuis la construction du Rockefeller Center, en 1930.

Ce gigantesque défi repose sur un portefeuille de 20 milliards de dollars. Et pour en livrer sa phase finale, il faudra plusieurs années, même bien au-delà d’une décennie.

Déjà, l’aventure pointe sur un succès immense puisqu’avant d’ouvrir leurs portes les deux premières tours de 52 et 92 étages, ont fait le plein de locataires commerciaux.

Et là, on parle de signatures mondialement connues dans des gammes supérieures de l’industrie, du commerce et des affaires. La tour de 52 étages sera livrée dès le printemps, de cette année.

Quatorze acres de verdure et de parc entoureront les édifices et les résidences. Une rame de métro sera ajoutée au réseau de New York, une première depuis 25 ans.

Daniel Doctocoff, président de l’une des entreprises Bloomberg, soutient que Stephen Ross est le seul développeur privé à pouvoir concrétiser un tel projet. On peut le comprendre lorsque l’on scrute les réalisations du propriétaire des Dolphins.

À Londres, il a érigé un village sur 192 acres de terrain. Puis un autre sur 292 acres à Santa Clara, en Californie. L’an prochain, il dépensera 950 millions de dollars dans autre immense complexe commercial et résidentiel à Los Angeles. À Abu Dhabi, il érigera aussi des constructions sur rien de moins que 3,1 millions de pieds carrés. Il étend ses tentacules jusqu’en Chine.

L’un de ses associés est le constructeur bien connu, Jorge Perez, l’architecte de tant de tours à condos dans Sunny Isles et ses alentours.

Les deux hommes se sont rencontrés par l’entremise d’un fonctionnaire de la ville de Miami qui croyait que ce mariage allait conduire à des réalisations inespérées ici en Floride. Ce qui s’est produit d’ailleurs. Depuis 40 ans, Stephen Ross et Jorge Perez entretiennent un partenariat inégalé.

Stephen Ross est né d’un père, homme d’affaires et inventeur. Il habitait le Michigan, avant de venir à Miami. Il jouait au football. Mais comme il n’était pas monsieur muscle, il devait passer son tour plus souvent qu’autrement.

Il a trouvé le meilleur moyen de rester près de son sport. Il a acheté les Dolphins. Aux grands mots les grands moyens.

En 2008, il a acquis 50% des actions de l’équipe détenue par le richissime Wayne Huizanga. L’année suivante il s’est approprié un autre 45%.

Stephen Ross était conseiller financier au début de sa carrière. Mais il a rapidement sauté les étapes. Il traine, dans sa philosophie d’homme d’affaires, quelques principes qui le servent bien.

Ainsi il répète, « je préfère dire que je travaille avec les gens qui m’entourent plutôt que les gens travaillent pour moi ». Il est particulièrement apprécié.

On le dit d’une ténacité à toute épreuve. Lorsqu’il s’implique dans quelque chose il n’abandonne jamais.

Il a 75 ans et il est reconnu comme un très grand philanthrope. Jusqu’ici, il a donné 313 millions de dollars à son Alma Mater, l’Université du Michigan.

Stephen Ross vient d’injecter personnellement 425 millions de dollars pour revamper le Stadium de ses Dolphins, dans le but de présenter le Super Bowl en 2020.

Quand au succès futurs des Dolphins, le temps le dira.

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

IAN POURSUIT SA ROUTE

Le 24 septembre, 13h00 La tempête tropicale Ian est en...

FAITES CONNAISSANCE AVEC MONSIEUR GILLES VANDAL

Faites connaissance avec monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

L’AÉROPORT D’ORLANDO OUVRE SON NOUVEAU TERMINAL C

Le septième aéroport le plus fréquenté du monde a...

GAMBLING : RÉCUPÉRATION DE TAXES !

À l’émission À VOTRE SERVICE, nous recevons M. Philippe...