Powerball pour les canadiens : 30% au fisc

Date:

Les Canadiens payent plus d’impôt que les Américains, mais peuvent se targuer de ce que les gains des loteries, du jeu, des courses de chevaux et des autres jeux de hasard ne sont pas imposés au Canada.

Alors, ne vous inquiétez pas. Si jamais vous décrochez le Gros Lot américain du genre Powerball, ou tout autre faramineux montant à une loterie aux États-Unis, il vous en restera suffisamment pour passer des jours meilleurs.

Il est plutôt surprenant de constater le nombre de résidents qui s’informe des règles de l’impôt touchant un gain de loterie.

La course au milliard et demi de dollars, la semaine dernière, a davantage réveillé la curiosité des « Snowbirds » canadiens qui cherchaient à connaitre les règles du fisc américain relativement à ce genre de gain, tombé du ciel.

Le traitement fiscal aux États-Unis pour les gagnants à la loterie est totalement différent de celui du Canada, où ce genre de gain n’est pas imposable. Les gagnants du jackpot, qu’ils soient de l’Europe de l’Asie ou de l’Amérique, peu importe, ont la possibilité d’encaisser leurs gains en une seule fois, ou bien au moyen d’une rente sur 30 ans.

Mais quelque soit le mode choisi, tous les prix sont assujettis aux taxes fédérales et d’État, ce qui peut les réduire sensiblement.

Ici, un résident américain sera soulagé par L’IRS (International Revenu Service) d’un coquet 39,6% du montant gagné à une loterie. Alors sachez que c’est évidemment le cas pour le Powerball qui accorde les plus importantes fortunes au gagnant.

Et personne n’a qu’à tomber dans de longs calculs ou au recours d’une firme de comptables bien en vue, puisque ce presque 40% est déduit à la source, c’est-à-dire avant la remise du Gros Lot au vainqueur.

À cela, il faut ajouter les impôts réclamés par l’État où réside le gagnant où par l’État où a été acheté le billet.

Toutefois, ici en Floride, l’impôt de l’État n’existe pas comme celui d’une province canadienne, ce qui réduit la déduction.

Le Canadien

Mais qu’en est-il pour le touriste canadien de passage en Floride qui décrocherait la fortune d’un tirage de loterie?

Il serait largement privilégié par rapport au citoyen américain.

D’abord, il serait imposé pour 30% de la somme gagnée, soit presque 10% de moins. Il n’aurait pas non plus à payer un impôt d’État ou provincial puisqu’ici, comme nous le signalons plus haut, la Floride ne perçoit aucun impôt des particuliers.

Une fois ce 30% encaissé par le fisc des États-Unis, le chanceux rentrerait au Canada avec sa nouvelle fortune sans le moindre souci puisque chez lui, les gains à la loterie ne sont pas imposables.

Seuls les revenus de placement de cet argent doivent êtres déclarés au ministère du Revenu.

C’est à ce moment qu’il devient important de consulter des professionnels pour que ces sommes soient bien gérées, plutôt que de faire confiance aux pseudos spécialistes et même à ses proches qui ne possèdent pas le bagage nécessaire à votre situation.

Il faut savoir aussi qu’ici aux États-Unis, même en Floride, les gains très importants empochés dans un jeu au casino par un non-résident ne sont pas non plus soumis aux règles de l’impôt.

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

LE DÉPLACEMENT DE MIGRANTS VERS LES DES ÉTATS DÉMOCRATES, AVEC LA FLORIDE EN EXEMPLE.

Aujourd’hui nous recevons monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

IMMOBILIER : CÔTE EST ET SUD-EST DE LA FLORIDE

À votre service, nous recevons aujourd’hui madame Valery Ouellette,...

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...