Où était notre chaleur?

Date:

En Floride, nous sommes habitués à des températures en dents de scie l’hiver… des petites dents de scie et pour une semaine ou deux, tout au plus. Mais pas des mois durant!

Que se passe-t-il avec notre chaleur? L’essence même du Sunshine State est-elle simplement éprouvée par un hasard cette année ou bien elle est la proie d’un phénomène qui risque de se répéter régulièrement. Et qu’en disent les responsables des offices touristiques, les marchands et les visiteurs?

Les températures, pour le Sud de la Floride, ont frôlé toutes les basses moyennes historiques enregistrées durant une bonne partie du mois de janvier et des premières semaines de février. L’air climatisé avait cédé la vedette au chauffage électrique pour un nombre de matins record, du moins chez-nous! Les détaillants de vêtements d’hiver ont fait de bonnes affaires tandis que ceux spécialisés en maillots de bain se mordent encore les doigts.

Finalement, les prévisions météorologiques pour les deux prochaines semaines indiquent une sensible remontée du mercure. Mais des répercussions économiques ont déjà frappé à plusieurs portes et le soleil n’est pas le seul à être blâmé.

La devise canadienne

Déjà en octobre et novembre 2015, on avait remarqué que les voitures plaquées de la Belle Province tardaient à occuper les stationnements des magasins Publix et Costco. Même chose pour les Snowbirds des autres provinces canadiennes. L’an dernier, Un total de 4,1 millions de visiteurs canadiens en Floride en 2015. L’État a reçu durant le dernier quart de 2015,  21,1 millions de visiteurs. Une année record! Mais en 2016, la faiblesse du huard a définitivement affectée les dépenses et la durée des séjours dans le Sud. Les personnes interrogées avouent qu’elles ont éliminé les dépenses inutiles et superflues et qu’elles ont changé quelques habitudes permettant de faire aller leur dollar un peu plus loin.

Nicki Grossman, en charge du « Broward Tourisim », confirme la baisse de l’affluence. En 2015, les hôtels du comté de Broward avaient renfloué leurs goussets comme jamais auparavant. Cette saison, ils affichent officiellement une baisse dans le nombre de nuitées vendues. La hausse des prix contribue cependant à fournir un bon rapport économique, mais il reste tout de même que l’affluence est moindre.

D’un autre côté, les motels long-séjours à prix modiques tels que chez Richard’s Motel, sont en bonne position. La direction de l’entreprise rapporte que suite à la journée « portes ouvertes » du 27 janvier dernier, les unités des 10 complexes sont pour la plupart, louées pour la saison 2017-2018.

Mouvement immobilier 

Peu importe à quel agent immobilier vous parlez, tous vous diront que cette saison, il y a beaucoup plus de Canadiens vendeurs que d’acheteurs, et on comprend pourquoi. Encaisser la vente d’une propriété en dollars américains et convertir les profits en devise canadienne peut valoir la peine!

Et l’avidité des Européens et des Sud-Américains à s’approprier un pied à terre en Floride n’a pas changé. Donc, malgré les températures chétives des derniers mois et malgré la faiblesse de la devise canadienne, ça bouge toujours en Floride. Le mouvement n’est surement pas unilatéral ni régulier, mais ça bouge toujours.

Et quand à la chaleur, nous ne perdons rien pour attendre…

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...

ALERTE AUX TORNADES !

Une alerte de tornade a été émise pour le...

QUOI FAIRE OCTOBRE 2022

TOP 3 À VISITER #1 Fort Lauderdale International Boat Show Le salon...