Moins cher pour voler

Date:

Les touristes canadiens qui ont visité la Floride au cours du dernier hiver, n’ont pas été particulièrement gâtés. Ni par le beau temps, pas plus que par la cherté du dollar américain qui grugeait largement leur budget de vacancier.

Bien sûr que l’utilisation de leur voiture se faisait à rabais, mais le prix du plein d’essence ne compensait sûrement pas la dévaluation du huard.

La majorité des visiteurs canadiens sont déjà retournés au nord et n’ont aucune idée de ce que leur réserve la disparité entre la monnaie américaine et canadienne en novembre prochain.

En ce moment, les analystes ne savent trop sur quel pied danser quant aux prévisions économiques pour les mois qui viennent.

Une petite consolation pointe à l’horizon, du moins pour ceux qui utilisent le transport aérien pour des destinations plus clémentes.

C’est que les clients des lignes aériennes devraient profiter d’un nouveau recul des tarifs en raison justement de la chute du prix du pétrole, grand responsable de la dévaluation du dollar canadien.

Le prix du pétrole a connu une certaine reprise au cours des dernières semaines, mais déjà on doute que ce petit élan vers le haut perdure.

Reste que le prix du gallon est inférieur de 30% par rapport à l’hiver 2015.

L’Association internationale du transport aérien (AITA) prévoit une diminution du prix du billet d’avion à travers le monde. La baisse en dollar américain serait environ 12 %.

Mais il ne faut pas sauter trop haut avec ce chiffre puisqu’après tous les ajustements, pour éliminer les distorsions causées pas la solidité de la devise américaine, ce rabais atteindra à peine 5 %.

Si en février le voyage moyen aller-retour, à partir du Canada, a grimpé de 2% pour s’établir à 457 $ dollars, il avait tout de même reculé de 7,3% depuis janvier.

Reste que les tarifs internationaux avançaient de 4,2 %, à 804 $.

Un retour en arrière montre qu’en février 2015, les tarifs canadiens avaient diminué de 2,5%, comparativement aux prix internationaux demeurés stables.

La concurrence

Cette diminution, que l’on croit possible dans les prochains mois, pourrait être plus importante que prévue en raison de la concurrence qui se fait de plus en plus féroce entre les transporteurs.

Ils sont très nombreux ceux qui volent de tous les aéroports canadiens vers les coins plus chauds, particulièrement ceux dont l’itinéraire mène en Floride.

Selon les prévisions, les tarifs vont aussi fluctuer selon l’augmentation de la clientèle.

Si la demande et la concurrence jouent un rôle important sur les coûts, c’est le prix du pétrole qui reste l’indicateur principal de la tangente que prendront les tarifs aériens.

Déjà, les plus grandes compagnies aériennes canadiennes, West Jet et Air Canada, ont baissé leurs prix de 9,5% et 3,7% durant le premier trimestre de 2016.

West Jet a pris ce tournant pour revigorer la demande et voyager avec le plus de passagers à bord.

Chez Air Canada, les rabais ne touchaient que certains vols transfrontaliers et nationaux.

Malgré toute cette gymnastique des compagnies aériennes, les bénéfices des transporteurs ont fait un bond de 60% au cours des trois derniers mois de 2015.

C’est l’Association internationale du transport aérien qui le dit.

Next articlepage a suuprimer 1

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...

ALERTE AUX TORNADES !

Une alerte de tornade a été émise pour le...

QUOI FAIRE OCTOBRE 2022

TOP 3 À VISITER #1 Fort Lauderdale International Boat Show Le salon...