Miami International Film Festival

Date:

« Black Cop », un film canadien acclamé!

 

réalisateur canadien Corey Bowles producteur Aaron Horton Susan Harper, Consule générale du Canada à Miami

Le film « Black Cop » traite de la condition et des comportements des communautés noires et des policiers. Depuis la lentille d’un policier noir, le réalisateur canadien Corey Bowles nous fait voir les choses sous un angle différent.

 

Le Soleil de la Floride a eu la chance de rencontrer monsieur Bowles et le producteur Aaron Horton pour discuter de cette production présentée au Miami International Film Festival samedi soir dernier.

Cory Bowles prend la brutalité policière et le racisme avec une pointe satirique dans son premier long métrage. Né à Montréal et grandi en Nouvelle-Écosse, le réalisateur de 44 ans, à la peau métissée, aborde des sujets sociopolitiques dans une structure de pouvoir qui touchent la question du racisme et de l’identité. Les dernières années ont fait émerger sur les réseaux sociaux des guerres d’opinions à l’égard de comportements de policiers. Mais qu’en est-il de leur réalité, de la dualité entre leur contexte de travail et leur vie personnelle? « Nous ne connaissons pas la difficulté que les policiers ont déjà, spécialement dans leur contexte de travail et dans le fait de faire partie d’une communauté, qui souvent les craint et se méfie d’eux. Avec toutes ces choses qui arrivent, quelle est la pression exercée sur eux? Ces conversations ne se produisent pas vraiment et surtout pas sur les réseaux sociaux. Ce film est une réponse directe à ces réseaux où il n’y a pas de perspective ni de compréhension. C’est donc un sujet très sérieux et nous y pensons parfois différemment quand on vient de cette communauté, » raconte Corey.

En visionnant ce film, vous aurez l’empathie accrochée sous les pieds : « L’empathie est une chose importante. Je n’aime pas les policiers. Mais je peux imaginer ce que ça doit être. J’imagine ce que cette personne voudrait que je sache. Il m’est facile de dire quoi que ce soit à son propos sans comprendre toutes les couches de son travail et ce qu’elle doit traverser. Je voulais renverser la situation pour montrer que ce que les gens argumentent est correct et aussi faire connaître qui est cette personne qui passe par là. »

« La satire est un moyen facile pour les gens d’entrer dans le film, comme si nous étions dans un spectacle d’humour. C’est de voir un autre côté, un côté étrange pour observer quelque chose, » ajoute Corey, et « je veux que les gens apprécient le film, qu’ils voient une autre perspective et qu’ils se sentent concernés. »

« Black Cop » a été tourné en 12 jours! Film à petit budget (moins de 250 000 $), il a été financé par Téléfilm Canada à Montréal, sous l’enveloppe budgétaire du « Programme Talents en vue ».

« Black Cop » a remporté le prix du meilleur film canadien au Festival International du Film de Vancouver ainsi que le John Dunning Discovery Award octroyé par l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision. C’est le Toronto International Film Festival (TIFF) qui l’a d’abord mis sur la scène l’automne dernier.

 

Previous articlepage a suuprimer 1
Next articleHOROSCOPE 11 MARS

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

LE DÉPLACEMENT DE MIGRANTS VERS LES DES ÉTATS DÉMOCRATES, AVEC LA FLORIDE EN EXEMPLE.

Aujourd’hui nous recevons monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

IMMOBILIER : CÔTE EST ET SUD-EST DE LA FLORIDE

À votre service, nous recevons aujourd’hui madame Valery Ouellette,...

TRANSPORT DE MOTOS ET D’AUTOS EN FLORIDE

À VOTRE SERVICE, nous recevons monsieur Daniel Jutras, président...

REDÉCOUPAGE DES CARTES ÉLECTORALES AUX É.-U.

Dans cette émission, monsieur Gilles Vandal, professeur émérite de...