LUEUR D’ESPOIR AU POMPANO PARK

Date:

Il semble que la présente saison des courses de chevaux sous harnais à la piste de Pompano Park, à Pompano Beach, ne soit pas la dernière après tout. Pour plusieurs Québécois, amateurs, entraîneurs et propriétaires de chevaux, le drame du légendaire Blue Bonnets de Montréal ne sera pas répété, pour le moment du moins !

 

Il se trouve que l’emplacement de la piste de course, si populaire pour les amateurs de ce sport, n’est plus tout à fait l’enfant chéri de Caesars Entertainment, les propriétaires du Casino Isle de Pompano. 

La piste est située au milieu des 230 acres de terrain qui valent une fortune dans le comté de Broward et l’opportunité de rentabiliser autrement la propriété inspire l’entreprise à vouloir déplacer les courses ailleurs.

Et les lois, qui permettraient une telle manœuvre, sont comme une montagne russe qui n’est pas rendue à son dernier tour. 

 

La petite histoire

Dans le milieu équestre, la piste de course de Pompano est reconnue et présentée en tant que « la maison d’hiver des courses sous harnais ». Son emplacement tropical dans le Sud de la Floride en fait une alternative idéale lorsque la plupart des hippodromes du Nord sont sous la neige. Pas surprenant que les amateurs, qui se rendaient à la populaire piste de Blue Bonnets et/ou de l’Hippodrome de Montréal avant sa déchéance en 2009,  y trouvaient leur compte à revoir leurs favoris performer en Floride ! À la piste de Pompano, durant les années précédant les paris en ligne, l’estrade d’environ 5 000 places était occupée en grande partie par des snowbirds québécois et canadiens d’autres provinces. « Il y a encore aujourd’hui beaucoup de Québécois à la piste de Pompano », raconte Marc Camirand, entraîneur et ancien président de la SONACC (Société nationale du cheval de course), lors d’une conversation téléphonique avec Le Soleil de la Floride. « D’ailleurs, le Québécois Gaston Lareau a remporté le titre d’entraîneur de l’année à Pompano l’année dernière ! », ajoute-t-il.

Mais aujourd’hui, l’estrade est réduite à moins de 400 sièges où les vrais mordus du sport peuvent assister aux courses quatre jours par semaine jusqu’au 17 avril prochain. 

 

Se débarrasser des courses

En 2007, grâce à la piste de course de chevaux, Isle de Capri, le propriétaire de l’époque, avait pu transformer la place en racino (race track et casino) avec des machines à sous et des jeux de poker en direct, sous les limitations de paris imposées par la loi de Floride.

En 2017, Isle de Capri a vendu l’Isle Casino Racing Pompano Park à l’exploitant Caesars Entertainment (anciennement Eldorado Resorts). Peu de temps après, une proposition pour développer la zone entourant le Pompano Park avait été soumise au comté de Broward. Ce projet à usage mixte comprend des magasins de vente au détail, des restaurants, des logements résidentiels et hôteliers avec des espaces à bureau pour ajouter aux revenus peu flatteurs de 13,8 millions de dollars que la piste a rapportés l’an dernier.  

La donne a changé en avril 2021 lorsque le nouveau pacte, signé avec la tribu des Séminoles, rendait possible la démolition de la piste de course. Cette nouvelle législation permettait aux racinos d’exploiter des jeux de cartes sans avoir à organiser des courses de chevaux sous harnais, ou des matchs de jai alai. C’est ce qu’ils appellent dans le jargon de l’industrie le « découplage », qui donne carte blanche pour démolir la piste de Pompano Park.  À noter que les deux pistes pur-sang de l’État – Gulfstream Park à Hallandale Beach et Tampa Bay Downs – étaient tenues de continuer d’offrir des courses en direct.

Lauren Jackson, une lobbyiste représentant la Florida Standardbred Breeders & Owners Association, confirmait qu’effectivement, « la modification de la loi sur les jeux de hasard en Floride permet à l’Isle Casino Racing Pompano Park de mettre fin aux courses en direct ». Mais elle déclarait également que l’association est en pourparlers pour que les courses soient déplacées dans un autre comté en Floride.

 

Renversement de la vapeur !

Dans un étonnant rejet de la tentative de donner à la tribu Séminole de Floride un monopole sur les paris sportifs, une juge du tribunal de district fédéral du district de Columbia a statué, le lundi 22 novembre 2021, que le pacte violait la loi fédérale indienne sur les jeux et invalidait l’intégralité de l’accord, interrompant indéfiniment leur contrôle sur tous les paris sportifs en ligne et l’expansion des jeux de type Las Vegas en Floride.

La décision de la juge Dabney L. Friedrich a non seulement mis un terme aux paris sportifs lancés par la tribu Séminole le 1er novembre, mais du coup, elle a aussi annulé la partie du pacte qui comprenait le projet de loi sur le découplage. 

Il y a quelques années à peine, les électeurs de Floride avaient adopté un projet de loi qui exige que toute modification des lois sur les jeux soit soumise au vote de la population de l’État. Astucieusement, le découplage avait été glissé dans l’entente avec les Séminoles afin qu’il n’ait pas à être voté par le peuple de l’État.

Au 28 janvier 2022, le découplage n’est pas légal et Caesars Entertainment doit continuer d’organiser les courses de pari mutuel s’il veut répondre aux exigences de l’État pour conserver sa licence de casino.

 

La bataille continue

L’histoire dit que la tribu Séminole obtient généralement ce qu’elle veut. Il y aura suite à l’affaire car des milliards de dollars chuchotent dans la tête du gouverneur de Floride, Ron DeSantis, et dans les coffres trop pleins des Séminoles.

La tribu avait autorisé le découplage à faire partie de leur pacte en tant qu’accord avec le gouverneur DeSantis. Mais elle avait déclaré par le passé que le découplage avait peu de signification. L’important pour les Séminoles était qu’ils obtiennent les droits de contrôle sur les paris sportifs dans l’État et les jeux de craps et de roulette dans leurs casinos.

Il est maintenant possible que Caesars Entertainment revienne à la table des négociations avec la Florida Standardbred Breeders & Owners Association pour rediscuter de l’accord de diriger les courses vers un autre comté de Floride. Les cavaliers, qui avaient été retirés du débat avant le découplage, devraient cette fois-ci être invités aux négociations.

Pour l’instant, l’action continue au Pompano Park. 

Pour combien de temps ? Seul l’avenir le dira.

Previous articleBrèves
Next article38 comme…

RECEVEZ LE JOURNAL GRATUITEMENT DANS VOTRE BOITE COURRIEL !

spot_img
spot_img
spot_img

Plus d'articles ...
le soleil de la floride

IAN POURSUIT SA ROUTE

Le 24 septembre, 13h00 La tempête tropicale Ian est en...

FAITES CONNAISSANCE AVEC MONSIEUR GILLES VANDAL

Faites connaissance avec monsieur Gilles Vandal, professeur émérite d’histoire...

L’AÉROPORT D’ORLANDO OUVRE SON NOUVEAU TERMINAL C

Le septième aéroport le plus fréquenté du monde a...

GAMBLING : RÉCUPÉRATION DE TAXES !

À l’émission À VOTRE SERVICE, nous recevons M. Philippe...