×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Bien-Être et Harmonie

La « sophrologie » fait partie de ces techniques dites de développement personnel qui sont un exemple typique des difficultés que l’on peut avoir quand on veut tracer une frontière entre les pratiques scientifiques et les pratiques empiriques, surtout quand on utilise l’hypnose.

Les humains ont depuis toujours  établi un lien entre le caractère, les émotions  et l’état de santé d’une personne, mais on pourrait établir l'inverse, c'est-à-dire que la façon d'être conditionne l'état de santé? À notre époque, on définit ces troubles physiques ayant un lien avec le psychique en disant que c’est psychosomatique. En effet, il a été mis en évidence que chaque type de maladie a toujours un lien avec un type précis d’émotion. L’arthrose et l’arthrite sont des maladies courantes qui frappent beaucoup de personnes, surtout quand elles prennent de l’âge, mais il faut savoir que leur caractère peut être un facteur aggravant.

L’arthrose se définit médicalement comme une atteinte chronique dégénérative et non inflammatoire des articulations (à ne pas confondre avec l’arthrite). Dans ce cas, on peut avancer que le sujet qui en souffre a tendance à rechercher la perfection dans ce qu’il fait et il se veut irréprochable. On peut également dire qu’il est habité par de l’amertume.

L’arthrite quant à elle se définit médicalement comme une inflammation aiguë des articulations et on peut avancer que le sujet qui en souffre est presque toujours fortement marqué, sur le plan émotionnel, par l’ensemble des événements et des situations qu’il vit. On peut dire qu’il a le sentiment d’être renfermé dans un système qui l’étreint et l’étouffe. Comme il a tendance à se sentir opprimé, il réagit intérieurement par de la colère

Sur ce, que vous soyez ici en Floride ou au Québec, je vous dis à la semaine prochaine, en vous espérant heureux et en santé.

 

Sous l'effet de la mondialisation, les médecines non occidentales ont vu leur place reconnue. Suivant la définition donnée en 2000 par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) « la médecine traditionnelle est la somme totale des connaissances, compétences et pratiques qui reposent, rationnellement ou non, sur les théories, croyances et expériences propres à une culture et qui sont utilisées pour maintenir les êtres humains en santé ainsi que pour prévenir, diagnostiquer, traiter et guérir des maladies physiques et mentales ».

 

Que ce soit en Asie, en Océanie, en Afrique et en Amérique latine, nombreux sont les pays et leur population qui font appel de nos jours à la médecine traditionnelle :

- En Chine, les préparations traditionnelles à base de plantes vendues à des fins thérapeutiques représentent entre 30 et 50 % de la consommation totale des produits médicamenteux.

- En Afrique, il est estimé que  jusqu’à 80 % de la population fait appel aux pratiques de la médecine traditionnelle au niveau des soins de santé primaires.

 

-Dans les pays industrialisés en 2017, cette médecine dite « alternative » est de plus en plus considérées comme une « médecine complémentaire » basée sur l’idée qu’il est possible d’associer des traitements impliquant des « philosophies thérapeutiques » différentes, mais capables de coopérer dans l’intérêt du malade. Jusqu’à présent, 17 catégories ont été déterminées regroupant 400 pratiques « à visée thérapeutique ». Il va sans dire que les pouvoirs publics  les surveillent de près en raison du risque de dérive sectaire et/ou des éventuels dangers qu'elles pourraient présenter pour la santé des personnes.

 

Sur ce, que vous soyez ici en Floride ou au Québec, je vous dis à la prochaine en vous espérant heureux et en santé!

 

Quand on sait que le mot « holistique » est dérivé du grec « holos » qui signifie « entier », on comprend tout de suite qu’une approche holistique de la santé va considérer chaque personne dans sa globalité, mais aussi comme étant un être unique vivant dans un autre tout qu’est son environnement.

La médecine dite « occidentale », qui s’est développée principalement dans les pays de l’Europe de l’Ouest à la fin du 18e siècle, se caractérise au cours du 19e siècle par la création des vaccins et l’utilisation importante de l’anesthésie et des antibiotiques.