×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Les Panthers de la Floride jouent en dent de scie. Au travers du manque de constance, ils réussissent à surprendre comme ils l’ont fait en blanchissant San Jose 2-0 et en soutirant un gain de 2-1 aux Leafs de Toronto.

 

Ce qui doit rassurer, dans une moindre mesure l’état-major, c’est que Roberto Luongo a retrouvé tous ses moyens. Après avoir connu quelques difficultés au tout début du calendrier, dues à une longue absence, dont le dernier mois de la saison précédente, Luongo est redevenu le gardien capable de faire gagner son équipe à chacune de ses sorties. Sa moyenne de buts accordés et son pourcentage d’effica-cité ont fait un bond en avant en quelques semaines. Mais ce ne sera pas suffisant.

Le premier trio formé de Barkov, Huberdeau et Dadonov mène l’offensive. Après eux les choses se gâtent. Vincent Trocheck, qui n’a pas vraiment pu compter sur des coéquipiers très performants, occupe tout de même le premier rang des marqueurs des siens. La décision de transformer Nick Bjugstad en ailier droit sur la ligne d’attaque de Trocheck commence à rapporter des dividendes. Reste à trouver l’ailier gauche qui hausserait leur production.

Dale Tallon, qui a dû faire du rapiéçage pour compléter cette offensive, a décidé de donner la chance à de jeunes joueurs de l’organisation venus de l’équipe-école de Springfield de la ligue Américaine. « Notre équipe est jeune. Nous sommes conscients qu’ils doivent apprendre et s’acclimater au jeu de la ligue Nationale, ce qui représente un très grand saut pour ceux qui n’y ont jamais mis les pieds ». Ce mouvement vers les espoirs est un processus plus long pour certain.  

« Nous devons faire preuve de patience avec eux. Nous comptons sur quelques jeunes d’avenir dans les rangs mineurs. Ils auront leur tour eux aussi, au cours des prochaines saisons», ajoute Tallon.

Il est fort probable que l’an prochain deux espoirs se tailleront une place chez les Panthers. Owen Tippett, qui a joué quelques matchs avec les Panthers en début de saison, n’a pas tardé à produire à son retour chez les juniors en accumulant huit points en cinq rencontres. Mais le meilleur joueur d’avenir de l’organisation reste le finlandais Henrik  Borgstrom, 23ème choix au repêchage de 2016. En 11 matchs avec l’équipe de l’Université de Denver, il montre une fiche de 22 points dont 13 buts. Il est considéré comme un véritable magicien, lorsqu’il est en possession de la rondelle. Tallon lui réserve une place dès la saison 2018-2019.

Le hic c’est que Borgstrom n’a pas encore signé d’entente avec les Panthers. C’est une histoire à suivre parce qu’il pourrait imiter des joueurs comme Jimmy Vesey, qui a choisi de se joindre aux Rangers de New York, plutôt qu’aux Predators de Nashville, qui l’avaient repêché en 2012. Will Butcher, réclamé par Colorado en 2013, a lui aussi préféré une autre équipe, soit les Devils du New Jersey. La venue de Borgstrom ferait vraiment progresser l’attaque des Panthers, qui en a bien besoin.

 

Les éliminatoires

L’Action de grâce est une étape qui tend à déterminer les équipes qui prendront part aux séries de fin de saison. Selon les statistiques, 80 pour cent des formations, qui occupent les rangs donnant droit à un laissez-passer à la fin du calendrier, réussissent à se classer. Normalement il faut 95 points de classement pour atteindre cette étape. Gilles Meloche, recruteur professionnel pour les Penguins de Pittsburgh, estime que cette année, ce sera plutôt 90 ou 92 points qui sera la marche à franchir. « Comme plusieurs équipes se talonnent en s’échangeant des victoires et des défaites, la barre sera un peu moins haute », dit-il.

Lorsque l’on regarde la position des Panthers, il reste peu d’espoir. Pour y arriver il leur faudrait aligner une série de victoires, ce qui n’est pas dans leur ADN cette année. Malgré encore 60 matchs à disputer, il accuse un sévère recul de sept points sur les Penguins qui occupent la dernière case donnant droit à ce fameux laissez-passer. Les Panthers ne comptent pas sur les éléments nécessaires pour connaitre une poussée qui les mènerait au bal des finissants.

À son retour au poste de gérant, Dale Tallon a sûrement erré dans quelques une de ses décisions. Radim Vrbata et Jamie McGinn ne remplacent certainement pas Jonathan Marchessault et Reilley Smith, qui sont parmi les meneurs des  Knights de Las Vegas. Les performances de Vrbata, 3 buts 8 passes, McGinn, 3 buts 5 passes, sont plutôt maigres comparées à celles de Marchessault, qui a déjà 19 points, dont huit buts, et à celles de Smith, qui a aussi accumulé 19 points, dont 6 buts. Sûrement que ces deux anciens Panthers formeraient avec Vincent Trocheck une deuxième ligne d’attaque davantage productive que le deuxième trio des Panthers.

Personne n’arrive à expliquer la décision de Tallon de ne pas avoir protégé Marchessault, lors du repêchage d’expansion de l’équipe de Vegas. Il aurait mieux valu protéger cinq attaquants et trois défenseurs que quatre avants et quatre arrières, d’autant plus qu’Alex Petrovic est devenu un réserviste. Les décisions de ne pas protéger Marchessault d’une part et d’échanger Smith d’autre part, sont de toute évidence de mauvaises décisions de Tallon qui coûtent cher à son équipe. Avec ces deux joueurs, les chances des Panthers de batailler parmi les candidats aux séries éliminatoires auraient sûrement été meilleures. 

 

Parce qu’à ce que l’on voit jusqu’ici, les Panthers vont plutôt végéter encore une autre fois dans les bas-fonds du circuit.