×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Le salaire minimum est souvent au cœur des débats en Floride, où une importante frange voudrait le voir passer à 15$ l’heure, comme c’est le cas dans les États de la Californie et de New York. Faut-il croire que c’est sur ce tableau que les plus socialistes se mobilisent au Québec pour atteindre aussi le taux adopté par les deux États américains privilégiés.

En Floride, les travailleurs les moins payés doivent se contenter d’un petit 8,10 $ l’heure après avoir « bénéficié » d’une hausse de cinq sous l’heure, le premier janvier dernier. En 2016 le salaire minimum n’avait pas été majoré dans l’État du Sud. Au Québec, on ne peut se comparer à la Floride puisque ce revenu est maintenant de 10,75$, tandis que le salaire moyen des employés à l’heure est de 22,74$. Depuis 1998, le salaire minimum au Québec n’a pratiquement jamais dépassé le seuil des 47% du salaire moyen. Si pour les défenseurs de cet objectif l’option est nécessaire, plusieurs experts ne s’entendent pas sur l’impact que pourrait avoir cette mesure sur la société québécoise.

Selon une étude de l’Institut de recherche socio-économique, groupe de réflexion plus à gauche de l’échiquier politique, le salaire minimum au Québec devrait atteindre les 15,10 $ l’heure afin de permettre aux travailleurs de subvenir à leurs besoins et de pouvoir faire quelques économies.

Pour l’économiste  Pierre Fortin, la question du salaire minimum dépend de chaque contexte, ce qui ne devrait pas inciter les provinces canadiennes à s’inspirer du mouvement lancé aux États-Unis, dont la Floride, pour atteindre les 15 $ l’heure.

Selon monsieur Fortin, il faudrait plutôt considérer le rapport entre le salaire minimum et le salaire moyen dans un état ou une province pour prendre conscience de son impact. L’économiste québécois affirme que les États, comme la Floride par exemple, bataillent pour une aussi importante hausse du salaire minimum parce que ce revenu est beaucoup trop bas en ce moment. L’Alberta, sous un gouvernement néo-démocrate, a annoncé son intention de porter à 15$ le salaire minimum en raison du salaire moyen qui est plus élevé de 30% qu’au Québec. À ce niveau, plus aucune comparaison ni espoir ne peuvent être supportés dans les États américains les moins favorisés. Au Québec, les experts moins réceptifs à ces majorations importantes et montrent leur opposition en estimant qu’un tel mouvement pourrait créer d’une part l’abolition de plusieurs emplois et d’autre part provoquer le décrochage scolaire.

 

Selon Pierre Fortin, si le salaire minimum avait touché les 15 $ l’an dernier, cela aurait entrainé la perte de 100 000 emplois au Québec seulement. « Le salaire minimum est une arme à deux tranchants » soutient monsieur Fortin. « Plus il est élevé, plus ça réduit le nombre de personnes pauvres, mais à condition qu’elles aient un emploi ». Monsieur Fortin, une sommité en économie, estime que des déductions fiscales pour ces travailleurs seraient plus efficaces et moins dommageables.

Aux États-Unis, on ne semble pas avoir considéré tous ces impacts puisque dans les États de la Californie et New York, on a tout simplement adopté une loi forçant les employeurs à hausser le taux horaire minimum à 15 $. En Floride on est bien loin de cette situation. Toutefois, les employeurs délinquants, qui depuis le 1er janvier ne versent pas 8,10 $ l’heure à leurs employés, sont passibles d’une amende de 1 000 $ pour chacune des effractions.