×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

En Floride, les luttes sont coriaces sur le sujet. Au point qu’un médecin, Micheal Hall et l’avocat Cindy Mattson, ont recours à la justice pour interdire l’épandage aérien du produit Naled, que l’on avait utilisé pour combattre l’Aedes aegypti, ce moustique transporteur du Zika

Pendant des décennies, ce produit toxique avait été déversé dans les mangroves et les marais pour éliminer les bestioles qui y émergeaient. L’alarme a été sonnée lorsque l’on a commencé la pulvérisation par les airs jusqu’aux zones urbaines de Miami-Dade pour anéantir le Zika.

Le médecin Hall et son avocat soutiennent que le Naled menace la santé des humains. Ils conviennent que les moustiques des marais mordent agressivement et causent certaines douleurs, mais ils insistent pour dire que les effets du poison déversé sont plus dangereux que ceux causés par les moustiques.

Les écologistes et les biologistes affirment, pour leur part, que le Naled a des conséquences néfastes sur les animaux sauvages, les oiseaux, les poissons, les abeilles et les papillons. La plainte repose sur le fait que le comté de Miami-Dade n’a pas respecté les plans et les normes et a fait preuve de négligence en ne fournissant pas les avis des préventions à la population, permettant de se prémunir contre les effets néfastes de ce pesticide.

Pour le moment, le Zika n’est plus une menace et en juin on a levé les recommandations pour les voyageurs, expliquant que les risques étaient devenus presqu’inexistants. 

 

Les dommages

Les plaignants demandent au tribunal de suspendre cette pratique de vaporisation aérienne, le temps de démontrer que le Naled est dangereux pour les humains.

L’Environmental Protection Agency (EPA) effectue présentement des recherches sur le Naled, qui a été interdit dans les zones résidentielles en 2015, et partout en Europe.

Pendant que les utilisateurs affirment que ce produit ne montre aucune dangerosité lorsqu’il est utilisé à petite dose, en Chine une étude montre sans équivoque que les bébés chinois soumis à ce produit toxique, présentent une diminution de leur fonction motrice.

L’an dernier, on a constaté une hausse de 25 % du taux d’autisme dans les zones de pulvérisation aérienne. Pour Micheal Hall et Cindy Mattson, la situation est urgente et on ne doit plus attendre pour mettre fin à ces déversements du Naled.

Hall et Mattson n’en sont qu’aux préliminaires. Ils entendent obtenir l’appui de la population et d’organismes qui leur permettra de convaincre la Justice, que le Naled est une véritable menace pour les humains et plusieurs espèces animales.