×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Il y a quelques semaines, une vidéo montrant un homme refusant de céder sa place dans un avion d’United Airlines suite à une expulsion aléatoire, a fait un voyage éclair à bord des médias sociaux et sur grand écran.

Depuis, maintes situations du genre font surface et les gens, consternés par de telles situations, se demandent maintenant quoi faire et quels sont leurs droits lorsqu’ils sont à bord d’un avion surbooké.

Des règles fédérales sont en place. Il s’agit de les connaitre…

Il faut premièrement savoir que le surbooking est une pratique légale et courante au sein des compagnies aériennes. Lorsque vous achetez votre passage sur un avion commercial, une clause stipule qu’en confirmant votre billet, vous acceptez par la même occasion la possibilité d’être muté sur un autre vol si une circonstance survenait.

L’an dernier aux États-Unis, ils étaient 40 000 passagers à se faire déplacer involontairement sur un vol subséquent, et 3 760 de ces usagers appartenaient à United Airlines.

Voici les us et coutumes ainsi que les règles obligatoires à observer dans le cas de surbooking.

Le procédé

Pour chaque vol surbooké, la compagnie demande en premier lieu si des passagers veulent volontairement de céder leur siège. Des compensations monétaires ou des vols gratuits peuvent alors être offerts selon la longueur du vol et du délai possible.

Lorsque la compagnie doit procéder à un tirage aléatoire, faute de volontaires, les règles suivantes s’appliquent. Si le voyageur peut repartir vers sa destination en moins d’une heure; aucune compensation n’est obligatoire de la part du transporteur aérien.

Si le délai affiche une à deux heures pour les vols domestiques et deux à quatre heures pour les vols internationaux, la compagnie doit payer deux fois la valeur du billet, aller ou retour, jusqu’à un maximum de 675 $. Dès que ces délais sont dépassés, la ligne aérienne est obligée de vous payer quatre fois la valeur de votre billet, jusqu’à concurrence de 1 350 $.

En 2016, plus de 434 000 passagers volontaires ont cédé leur siège, sur les 12 plus grandes lignes aériennes au pays. Parmi cette foule, 63 000 volontaires étaient des clients d’United Airlines alors que Delta en comptait le double!

Comment berner la loterie ?

Si vous n’êtes pas volontaire et ne pouvez aucunement vous permettre d’être redirigé sur un autre vol, c’est bien facile, n’achetez pas les billets les moins chers!

Il est logique que les billets à rabais pour vous le soient aussi pour le transporteur. S’il doit rembourser deux à quatre fois le montant du passage pour une expulsion aléatoire, mieux vaut aller par ordre de prix!

Il faut noter que les compagnies aériennes tiennent compte de ceux qui voyagent en famille. Les parents et les mineurs sont exempts de la loterie.

Puisque le malheur des uns fait le bonheur des autres, certains voyageurs pas pressés profitent de ces situations pour voyager gratuitement ou mettre un peu d’argent dans leur poche. Et les habitués vous diront qu’il y a aussi des règles à observer et à maitriser! Premièrement, si vos intentions sont de céder votre siège volontairement pour profiter des avantages offerts, assoyez-vous sur une banquette située le plus près de la porte d’embarquement que possible. Lorsqu’un agent offrira une bonne affaire, vous serez le premier rendu au comptoir. Aussi, avant de prendre l’offre, assurez-vous que votre place est confirmée sur le prochain vol. Et la règle d’or ?

…N’avoir aucune valise dans la soute.