×

Annonce

There is no category chosen or category doesn't contain any items

Vous vous posez souvent la question?

C’est probablement parce que dans les deux cas, le vin est versé dans un récipient avant d’être servi. Toutefois, ces actions s'adressent à des vins totalement différents.

Le vin se compare facilement aux humains. D’ailleurs, le langage du sommelier comprends plusieurs vocables faisant allusion au corps de la femme (robe, jambe, cuisse, etc.). Probablement parce que le vin a longtemps été l’apanage de machos à l’imagination aussi fertile que douteuse.

Quoi qu’il en soit, le vin est vivant et il évolue toute sa vie, de sa jeunesse fougueuse jusqu’à son lent déclin. À leurs débuts, certains vins, comme les ados, ont besoin d’air et d’espace pour mieux s’exprimer. Un passage en carafe aidera ainsi les plus timides à extérioriser leur personnalité et les plus excentriques à canaliser leurs ardeurs.

On versera alors le vin dans une carafe (contenant ressemblant à s’y méprendre avec un pot de fleurs). L’attente durera de quelques minutes à quelques heures selon le vin et la patience du dégustateur. Au fait, l’on préfèrera l’expression « passer en carafe » à carafer et carafage, puisque ces deux derniers n’ont pas encore gagné leur place dans le dictionnaire.

À moins que vous ayez entre les mains un vieux flacon, il n’y a aucun danger à faire prendre l’air à votre vin, qu’il soit rouge ou blanc. Selon une expérience menée par les sommeliers Véronique Rivest, Kler-Yann Bouteiller et Rémy Charest pour la SAQ, cette pratique bonifiera le vin ou, au pire, ne changera rien du tout. Aucune raison de s’en passer!

Et l’aérateur à vin, est-il efficace?

Encore là, vous ne risquez pas d’altérer votre vin. Mais si vous avez quelques heures devant vous, préférez-lui la carafe tout de go.

Pour un vieux vin, on pratiquera plutôt la décantation, un rite pratique pour éviter de se retrouver avec une pelletée de sable dans la bouche. Avec les années, le vin devient hétérogène dû à la sédimentation de certains composés. Au moment de servir le vin, on prendra donc soin de séparer le dépôt du liquide en le versant doucement dans un récipient. Si la « lampe d’Aladin » est l’outil de cérémonie des sommeliers pour ce traitement particulier, une carafe peut tout aussi bien se prêter au jeu. Dans la pratique, on y verse le vin (en prenant soin de laisser le dépôt dans la bouteille) juste avant de le servir dans les verres. La tradition veut qu’une bougie placée sous la bouteille aide le verseur à apercevoir l’arrivée des dépôts. Moi, je dis qu’on est en 2017 et qu’on a tous un téléphone.

Côtes du Roussillon Villages, Les Vignes de Bila-Haut, M. Chapoutier (Environ 18 $)

Michel Chapoutier élabore de magnifiques vins biodynamiques dans la vallée du Rhône, en France. Toutefois, je vous propose plutôt l’une de ses cuvées issue des côtes du Roussillon, plus au sud. Un rouge généreux et intense aux arômes de cassis, fraise et vanille. En bouche, c’est une véritable petite bombe! Sa puissance n’a d’égale que sa grande fraîcheur et son étonnante longueur. Mettre en carafe un bon 2 ou 3 heures avant de déguster!